PUBLICITÉ

Élection présidentielle en 2023 : Christophe Lutundula choisit la candidature de Félix Tshisekedi

Il est jusqu’à la preuve du contraire cadre d’Ensemble pour la République de Moïse Katumbi, potentiel candidat aux prochaines élections. Mais sans l’ombre d’aucun doute, Christophe Lutundula a fait son choix.

Le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères a, quant à lui , clairement pris position pour la continuité et la poursuite de l’œuvre entamée en 2019 par le fils de feu Étienne Tshisekedi.

« Si Félix Tshisekedi est candidat pour les prochaines élections, je suis solidaire avec lui, avec son action, je vais soutenir ce que nous avons fait ensemble. Si Katumbi est également candidat, ça c’est un autre problème », a-t-il expliqué à TOP CONGO FM.

Ce, avant de renchérir que « si le président Félix Tshisekedi est candidat, et demande à la population de lui faire confiance parce qu’il fait un travail, je le soutiendrai parce que je fais ce travail avec lui ».

Comme pour éviter tout équivoque, le chef de la diplomatie congolaise a expliqué ne pas être au gouvernement pour le compte d’Ensemble.

« Dans un gouvernement, nommé par le président de la République et dans notre pays, les Affaires étrangères, l’Intérieur, la Sécurité et la Défense sont des postes du président de la République. Si vous voyez le quota accordé aux partis politiques dans la répartition des postes, le ministère des Affaires étrangères n’a pas été donné à Ensemble », a déclaré Christophe Lutundula à la même source.

Il a poursuivi « c’est ça la vérité et je l’assume. Je suis dans le gouvernement, je travaille avec le président de la République, je me bats pour réussir. Si pendant les élections, je ne soutiens pas Félix Tshisekedi, pourquoi devrais-je encore être député ? Ce n’est pas sérieux ».

Cependant, il confirme être toujours membre du parti de Moïse Katumbi. Alors que ce dernier se prépare sérieusement pour se porter candidat à l’élection présidentielle de 2023, Christophe Lutundula se refuse de dire s’il voterait plutôt pour lui.

Toutefois, rien ne semble être définitif, encore qu’en politique, tout peut arriver.

Dominique Malala

- Publicité -

EN CONTINU