PUBLICITÉ

RDC: La Commission Défense et Sécurité chez Mboso pour évaluer l’état de siège en marge de la session de mars

Après avoir écouté tous les acteurs de terrain impliqués dans la mise en application de l’état de siège et des évaluations de terrain, les députés nationaux, Bertin Mubonzi et Jacques N’Djoli respectivement Président et Ier Vice-président de la Commission Défense et Sécurité de l’Assemblée Nationale ont été reçu , vendredi 4 mars 2022 en audience, par le Speaker de la Chambre Basse du Parlement, Christophe Mboso.

Ils ont parlé sur les préparatifs de la session de mars qui se profile à l’horizon et surtout la question de défense et sécurité après l’évaluation de la mise en œuvre de l’état de siège dans les provinces en proie à l’insécurité des groupes armés locaux et étrangers, Nord-Kivu et Ituri.

Au sortir de cette audience, Bertin Mubonzi a renseigné que la situation sécuritaire du pays ne leur a pas permis d’être en vacances parlementaires, car leur Commission a travaillé d’arrache-pied pour faire l’évaluation de l’état sur terrain en vue d’apporter des solutions à tous ces problèmes d’insécurité observés dans la partie Est de la République et ainsi permettre à la vision du Chef de l’État, celle de restaurer la paix et l’autorité de l’État à l’Est, de devenir une réalité.

«La rencontre avec le speaker de l’Assemblée nationale était donc une occasion pour le bureau de la commission Défense et Sécurité d’échanger avec lui, pour que nous puissions déjà préparer les choses et savoir comment nous allons aborder certaines questions. La rencontre a permis de se faire une idée claire de la manière dont nous allons aborder la session de mars dans le secteur qui est le nôtre», a fait savoir le Député national, Bertin Mubonzi, Président de cette Commission Défense et Sécurité.

De son côté, le Ier Vice-président de ladite Commission, le Député national Jacques N’Djoli a réagi au sujet d’une pétition contre Christophe Mboso qui, selon certains députés, aurait refusé de mettre en application les recommandations sur la mise en œuvre de l’état de siège. D’après cet élu, ce n’est pas de la responsabilité du Président Mboso d’appliquer ces recommandations sur des questions aussi importantes que celles ayant trait à la survie de la nation.

À l’en croire, c’est plutôt le Gouvernement de la République qui doit appliquer les recommandations conformément aux prescrits de la Constitution.

«La problématique de l’état de siège, en ce qui concerne l’Assemblée nationale, sa Commission Défense et Sécurité, a travaillé pendant plus de deux mois pour écouter l’ensemble des acteurs qui sont impliqués dans la mise en œuvre de l’état de siège. Après évaluation, nous avons soumis nos conclusions à la plénière et des recommandations ont été formulées à l’attention du gouvernement. Ce n’est donc pas la responsabilité du Président de l’Assemblée nationale d’appliquer ces recommandations qui ont été faites à l’Exécutif, conformément aux prescrits de la constitution», a-t-il renchéri.

Les recommandations ont été adoptées par la plénière et la Commission Défense et Sécurité s’est proposée de rencontrer l’exécutif pour qu’elle puisse faire l’état des lieux de la mise en œuvre de ces recommandations sur le plan technique.

Il convient de signaler que la Commission Défense et Sécurité avait accompagné le Gouvernement sur terrain dans les deux provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri pour évaluer l’état de siège.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU