PUBLICITÉ

XIIème conférence diplomatique : Christophe Lutundula s’engage à hisser la RDC parmi les pays prospères

Le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde a clôturé, ce lundi 28 février, les lampions de la XIIème conférence diplomatique à Kinshasa. Durant trois jours, soit du 26 au 28 février, les participants à cette conférence ont formulé un volume de recommandations allant dans la ligne droite de la vision du Président de la République, Félix Tshisekedi.

Dans son mot de circonstance, le Vice-premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères, Christophe Lutundula a énuméré ces recommandations dont celle de réaliser l’ambition légitime du Chef de l’État, Félix Tshisekedi, de hisser la RDC au niveau des pays prospères qui comptent sur l’échiquier international.

Pour y parvenir, d’après lui, il exige de l’audace à la limite de la témérité, de l’abnégation du soldat, des moyens importants, de la patience d’orfèvre et un travail de titan qui s’inscrit dans la durée et fait du temps son allié.

À cet effet, le patron de la diplomatie congolaise a noté cinq (5) leçon à tirer de cette 12ème conférence diplomatique organisée sur le sol congolais.

La première leçon à tirer de trois jours de ces assises, c’est l’esprit critique et d’amour de la patrie. La deuxième, c’est la tenue de la XIIème conférence diplomatique qui a été nécessaire et d’une opportunité singulière pour permettre aux acteurs de la diplomatie congolaise de se parler, de se requinquer et de consolider les passerelles indispensables entre eux, gages de l’efficacité et de l’efficience de la politique extérieure de la République.

«Le Ministère des Affaires Étrangères renouvelle toute sa gratitude au Président de la République d’avoir bien voulu la parrainer et au Gouvernement conduit par le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde d’avoir mis à sa disposition les ressources nécessaires à cet effet», a remercié Christophe Lutundula.

La troisième leçon, poursuit-il, incontestablement, il marquait aux professionnels un éclairage pour mieux comprendre la démarche, les initiatives et actions du Chef de l’État ainsi que du Gouvernement dans les relations avec les partenaires extérieurs bi et multilatéraux. La quatrième, en effet, l’exigence d’un engagement fort d’agir.

C’est pourquoi, explique-t-il, les diplomates, cadres et agents administratifs du Ministère des Affaires Étrangères et ceux de tous les services de l’État intervenant dans l’action diplomatique de la RDC, renouvellent leur serment de servir toujours la République et d’exécuter fidèlement, sous l’autorité du Chef de l’État ses directives ainsi que les recommandations de la 12ème conférence diplomatique dans le cadre du programme du gouvernement sous la direction du 1er Ministre.

La cinquième et dernière leçon, c’est la nécessité de soutien. Selon le VPM Christophe Lutundula, aucune action diplomatique ne peut produire les résultats escomptés si elle ne bénéficie du soutien politique du Président de la République et du Parlement ainsi que du soutien matériel du Gouvernement.

«Nous nous réjouissons des assurances données par le Chef de l’État, premier diplomate de la République quant à son soutien et à celui du Gouvernement. Nous sommes convaincus qu’il ne peut en être autrement avec le Parlement dont les Commissions des Relations extérieures, par leurs délégués respectifs, ont honoré de leur participation les travaux de la Conférence diplomatique et y ont apporté une contribution substantielle. Soutien aussi des opérateurs économiques, créateurs des richesses et des emploi», a-t-il renchéri.

Et d’ajouter : «En sus des initiatives et projets publics, le dynamisme et la créativité des opérateurs économiques sont parmi les conditions sine qua non d’une matérialisation fructueuse des accords de coopération et des partenariats conclus avec les autres États, les organismes internationaux et les investisseurs privés».

Pour le Ministre Christophe Lutundula, la RDC retarderait son développement économique et social, s’il se privait des contributions de ses partenaires extérieurs étatiques et non étatiques en termes d’apport des capitaux frais et d’appuis budgétaires pour réaliser ses projets d’investissements et les réformes administratives dont elle a besoin, et optimiser l’exploitation de ses ressources naturelles. Aussi, dit-il, quoiqu’il en soit, on ne peut pas être partenaire avec soi-même.

«Comme les vaillants soldats des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, vos représentants à l’étranger, vos fonctionnaires des Ministères des Affaires Étrangères, de la Coopération internationale, de l’Intégration régionale et de la Francophonie ainsi que les autres participants à la XIIème Conférence diplomatique, n’entendent que l’ordre du Commandant en Chef de la diplomatie congolaise que vous êtes pour faire feu de tout bois dans l’accomplissement de leur mission», a-t-il conclu.

Il sied de noter que la XIIème conférence diplomatique à Kinshasa a été organisée sous le haut patronage du Président de la République, Félix Tshisekedi et s’est déroulée sous le thème : «la diplomatie au service du développement de la RDC et de la paix».

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU