PUBLICITÉ

RDC/Tueries en Ituri : « Nous avançons petit à petit vers le génocide » (Jackson Ausse)

Le député national Jackson Ausse Afingoto, élu dans la circonscription d’Irumu, alerte sur la résurgence des violences armées perpétrées par les groupes rebelles contre les civils dans le territoire de Djugu, en province de l’Ituri. Selon cet élu, Djugu, où se joue ces derniers jours des scénarios tragiques, avance petit à petit vers le génocide.

« Nous sommes en train d’avancer petit à petit vers le génocide. Si rien ne se fait dans le territoire de Djugu avec la CODECO, cette partie de la République va connaître la pire forme des insécurités », a dit Jackson Ausse, interrogé ce mercredi 16 février par Top Congo FM.

Dans l’intervalle de deux semaines, le territoire de Djugu a compté plus de 112 morts. Les récentes attaques du groupe armé de la CODECO ont même visé les sites des déplacés. Le député Ausse alerte que la violence de cette milice est « exponentielle » dans le territoire de Djugu.

« Comment s’accommoder à cette situation. Il y a des corps encore sur le sol. La courbe de la violence dans la province de l’Ituri, les deux dernières semaines est exponentielle, incalculable et nous échappe. La situation est incontrôlée », a-t-il estimé.

À lui de proposer : « Djugu doit être militarisé et les militaires doivent être équipés ».

Outres les attaques dans la nuit du 1er au 02 février dernier, ayant causé la mort de plus de 60 personnes déplacées internes près de Bule, les rebelles de la coopérative pour le développement du Congo (CODECO) ont multiplié leurs exactions notamment dans la chefferie de Banyali-Kilo où une dizaine de civils ont été massacrés le lundi 14 février. La société civile locale a enregistré près de 40 civils tués en 2 jours d’attaques armées et des maisons brûlées.

Ce mercredi, l’ancien chef rebelle Thomas Lubanga et cinq de ses collaborateurs, en mission de paix à Djugu, sont pris en otage par une faction des rebelles CODECO. Leur enlèvement est intervenu en pleine réunion avec ce groupe armé qui échappait à des bombardements armés visant des positions rebelles à Petsi, dans le territoire de Djugu.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU