PUBLICITÉ

Meurtre Chebeya-bazana : « Après avoir réussi l’opération, le colonel Mukalay nous a remis 3 casiers de bière et une prime de 50 $ » (Eric Kibumbe)

Le brigadier en chef Eric Kibumbe, alias Sadam, ancien garde du corps du colonel Mukalay a comparu mercredi 09 février devant la Haute cour militaire dans le cadre du procès de double assassinat des activistes de droit de l’homme Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana.

L’audition s’est déroulée à l’audience en chambre foraine dans la prison de Ndolo, dans l’affaire ministère public contre le major Christian Ngoy Kenga Kenga, ancien commandant bataillon Simba de la Police nationale, le major Paul Muilambwe, ancien chef de protocole à l’Inspection générale de la police et le commissaire Jacques Migabo, ancien garde de corps du major Christian Ngoy Kenga Kenga.

Dans sa déposition, Eric Kibumbe a fait savoir que le 1 juin 2010, il avait reçu deux appels pour un travail à faire à l’IG de la police, l’un du colonel Mukalay et l’autre du major Christian Ngoy.

Vers 20 heures relate t-il, « alors qu’il se trouvait à bord de la jeep Defender au parking de l’Inspection avec Bruno Soti, Doudou Ilunga et Ergile Ilunga, le major Ngoy Kenga avait amené Fidele Bazana, menotté, avant de lui donner un coup au dos, tout en lui demandant de commencer le travail ».

Après qu’il ait maitrisé Fidèle Bazana, « les autres exécutants l’ont cagoulé et scotché ». La même opération a été faite pour Floribert Chebeya, suivi de leur acheminement à la concession du général Zelua Katanga, alias Djadidja, à Mitendi où un trou avait été creusé par l’adjudant Banza, de la police militaire, en vue d’ensevelir Bazana, avant d’abandonner le corps de Chebeya non loin de là.

« C’est le major Paul Milambwe qui avait accueilli Chebeya, à l’Inspection générale, et avait embarqué dans la jeep Challenger du major Kenga Kenga, avant d’être déposé vers Saint Luc, dans la commune de Ngaliema lorsqu’ils partaient à Mitendi », a-t-il déclaré par la suite.

Toujours selon son témoignage, après avoir réussi l’opération, ils se sont rendus au domicile du colonel Mukalay pour faire le rapport. Ce dernier les avaient félicités avant de remettre au major Ngoy Kenga Kenga trois casiers de bière et une enveloppe à titre de prime. La même nuit, ils avaient fait un tour Chez Ntemba, avant de se rendre au domicile de Christian Ngoy qui leur avait remis 50 dollars américains chacun. Deux jours après l’opération, ils étaient évacués vers Lubumbashi, dans un avion cargo.

« Quand nous avons enterré Bazana et déposé Chebeya dans sa voiture vers Mitendi, on est parti chez le colonel Daniel Mukalayi. Quand nous sommes arrivés chez lui à Rigini-Salongo, parce que la Jeep Defender c’était la Jeep du travail du colonel Daniel, on a déposé la jeep chez lui. Et puis major Christian est descendu d’une autre jeep, il est entré dans le salon du colonel Daniel Mukalayi pour lui faire rapport. Il a fait rapport au colonel Mukalayi et ce dernier est sorti à la véranda et nous a dit félicitation pour le travail que nous avons fait. Et puis il nous a donné deux ou trois casiers de bière, il a dit allez boire », a t’il déclaré.

De son côté, le major Paul Muilambwe a balayé de revers de la main les allégations indiquant que c’est lui qui avait accueilli Chebeya à l’Inspection générale, le 1er juin 2010, avant de prendre place à bord de la jeep de Ngoy Kenga Kenga.

Le colonel Mukalay a quant à lui, soutenu n’avoir pas vu Chebeya, le 1er juin 2010 dans son bureau, et que les déclarations d’Eric Kibumbe ne sont que des mensonges.

Pour le ministère public, le colonel Mukalay a eu la chance d’être condamné à 15 ans de prison, alors qu’il est le planificateur du double assassinat de Chebeya et Bazana.

La partie civile Chebeya a fait savoir que le récit des faits d’Eric KiIbumbe se recoupe avec ce que ses prédécesseurs ont dit aux audiences passées.

Carmel NDEO et ACP

- Publicité -

EN CONTINU