PUBLICITÉ

Tshopo: Eve Bazaiba décide de l’évacuation « immédiate » des dragues robotisés d’une société chinoise pour pollution sur Aruwimi

À l’issue de la réunion du comité restreint de sécurité tenue ce mercredi 26 Janvier 2022 à Basoko, chef lieu du territoire de Basoko dans la province de la Tshopo, la Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Environnement et développement durable a pris une décision forte. Au terme de sa mission d’inspection et de contrôle effectuée dans le périmètre minier du secteur de Bangelema Mongandjo, Eve Bazaiba a fait un constat amer de la pollution environnementale.

La Société Chinoise Xiang Jiang Mining, est principalement accusée de polluer les eaux sur Aruwimi en amont comme en aval par l’activité intense des plusieurs dragues robotisés dont 7 dans le périmètre minier de Bangelema Mongandjo.

- Publicité-

Dans son inspection, Eve Bazaiba a constaté une présence « irrégulière » de ces sujets chinois. La plupart ne dispose d’aucun document de l’immigration. Aussi, cette société est dépourvue du permis de recherche, en plus de briller par le non-respect de sa responsabilité sociétale envers les communautés impactées par ses activités extractives.

Devant la gravité des faits et pour la protection des populations victimes, Eve Bazaiba qui après le constat des faits corroborés par la population locale, a décidé de l’évacuation immédiate de tous les dragues robotisés. Ces dragues devront être ramenés à Kisangani ,chef lieu de la province de la Tshopo.

En plus de la décision du comité restreint de sécurité, cette entreprise devra payer les pénalités pour avoir violé la réglementation en vigueur en matière de l’exploitation minière.

Xiang Jiang Mining doit aussi procéder à l’indemnisation des populations locales victimes de ses activités, mais également restaurer l’environnement gravement pollué.

La VPM Eve Bazaiba, avait dans sa délégation, le Secrétaire Général à l’environnement et développement durable BenjaminToirambe, le chargé de Mission de l’agence congolaise à l’environnement Emeye, les autorités politico-administratives, civiles et militaires de la Tshopo.

Il sied de rappeler, qu’en dépit de la décision du gouvernement congolais interdisant formellement les activités d’exploitation des minerais jugées illégales et anarchiques dans la province de la Tshopo, une décision appuyée par la Ministre nationale des Mines, la société chinoise Xiang Jiang Mining, s’est entêtée pendant plus d’un an, en usant de ses manœuvres « frauduleuses », dans le territoire de Basoko, plus précisément au groupement Likombe, en province de la Tshopo.

Serge SINDANI

Soutenez POLITICO.CD!

Si vous appréciez le travail de POLITICO.CD, sachez que votre média ne vit que des contributions et des annonces publicitaires, qui lui permettent de sauvegarder son indépendance éditoriale et de continuer à fournir des enquêtes de qualité. Dès lors, nous vous prions de faire un geste. Chaque contribution, qu'elle soit petite ou grande, fait la différence.

EN CONTINU