l'info en continu

RDC: Le Président Félix Tshisekedi appelé à faire amende honorable face à son discours tenu à Mbuji-Mayi

- Publicité-

Le discours tenu recemment à Mbuji-Mayi par le Président Félix Tshisekedi, n’a pas été rassembleur ni de nature à encourager la cohésion nationale, commente le Professeur Gabriel Banza Malale. Pour cet enseignant de droit constitutionnel à l’Université de Lubumbashi et Député provincial du Haut-Katanga membre du Front Commun pour le Congo (FCC), la communication du Chef de l’État dans la capitale diamantifère a été biaisée.

« Il faut noter que le Chef de l’État est libre de tout mouvement pour fêter dans n’importe quel coin de la République. Rien ne le lui empêche. Il est allé à Mbuji-Mayi, où il a tenu un discours qui fait couler beaucoup de salive par rapport à son contenu, consistant à démontrer qu’il est arrivé là où il y a l’identité de son sang. En tant que père de la Nation congolaise, cette présentation des faits inquiète », a déclaré le Prof Banza Malale dans une interview accordée à POLITICO.CD.

- Publicité-

Selon ce cacique du FCC, le Chef de l’État en tant que garant du bon fonctionnement des institutions et père de la Nation congolaise, a le devoir de rassurer chaque citoyen le maximum de sécurité sans discrimination quelconque émanant de lui.

« Son discours a fauché quand il dit vous vous êtes mon sang. C’est-à-dire quand il le dit comme tel, les autres congolais ne sont pas son sang. Vous allez vous rappeler qu’à Lubumbashi, il avait fait une discrimination entre les saints et les démons (ndoki). Au moins, il est arrivé quelque part où tout le monde c’est son sang. C’est à Mbuji-Mayi. Ce discours n’est pas protecteur», a martelé le Prof Banza.

« En tant que Chef de l’État, il devrait tenir un discours d’État pas familial. Ce même discours serait valable, s’il était parti dans une mission officieuse ou privée », a souligné notre source. Et d’ajouter : « Dès lors en tant que Président de la République, il tient le discours qui n’est pas d’état mais tribal, c’est très grave ».

Faisant le parallélisme entre le discours qui a conduit à la condamnation du Pasteur Daniel Ngoy Mulunda et celui tenu à Mbuji-Mayi par le Chef de l’état, le Professeur Gabriel Banza pense que les propos de l’Ancien Président de la CENI
sont moins gravissimes que ceux du Président de la République.

« Faire valoir ses origines tribales en tant qu’homme d’État, c’est inavoué. En tant que citoyen généralement quelconque c’est valable. Il est allé dans un cortège officiel en distillant les propos discriminatoires. C’est inadmissible au rang du Chef de l’état. ça pouvait l’être en tant Félix Tshisekedi pas Président de la République», a-t-il soutenu.

« Le Président a besoin du bénéfice de confiance de toute la population de la RDC. D’où, il ne sera pas à l’aise de se présenter à Beni, Kapanga, Kamina, Kalemie, Kisangani, Gbadolite, etc. pour dire à cette population que vous êtes mes frères », a-t-il fait observé.

Pour éviter de mettre en mal le vivre ensemble en RDC, le Professeur Banza Malale a appelé le Président Félix Tshisekedi à faire amende honorable face à son discours tenu à Mbuji-Mayi. À l’en croire, Lorsqu’on a la charge de l’État, on abandonne ses origines.

Junior Ngandu

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU