l'info en continu

Détournement de fonds COVID-19 : « Eteni Longondo n’avait jamais été auditionné par la cour des comptes » (Proches)

- Publicité-

L’entourage de l’ancien ministre de la Santé Publique, Hygiène et Prévention, Eteni Longondo a réagi à propos des informations faisant étant de son audition par la Cour des Compte dans l’affaire de détournement des fonds alloués à la riposte contre la Covid-19.

A travers une mise au point faite à POLITICO.CD, les collaborateurs de l’ancien ministre de la Santé indiquent qu’après avoir mené des investigations au sujet de l’audit de la cour des comptes sur la gestion des fonds covid-19 par l’ancien ministre de la santé, « Eteni Longondo n’ avait jamais été auditionné par ladite cour ». Ils affirment que « la somme de 277.548 USD, prétendument détournée par lui, représentait les primes pour travaux intensifs et le trop perçu ».

- Publicité-

« Ces primes ont été effectivement payées à leurs bénéficiaires, les listes établies à cette occasion faisant amplement foi, et le trop perçu dûment reversé au trésor public par virement à un compte bancaire indiqué par la Banque Centrale du Congo », ont-ils martelé.

Au demeurant, soulignent les mêmes sources « ces faits étant les mêmes que ceux actuellement en instruction au Parquet Général près la Cour de Cassation, personne n’a le droit d’opiner ni de commenter la-dessus. Persévérer à le faire accrediterait la thèse d’un acharnement de ses détracteurs via les réseaux sociaux ».

Se basant sur les conclusions de l’inspection générale des finances (IGF) qui avaient révélé en 2020, plusieurs cas d’irrégularités notamment le double paiement de primes pour les travaux intensifs du mois de février, mars, avril et juillet 2020 estimés à 455 096 775 millions de Francs congolais, la Cour des comptes a, selon plusieurs sources sommé à l’ancien Ministre Eteni Longondo de restituer la somme évaluée à 277 548 USD.

Dans le collimateur de la justice, Eteni Longondo avait été placé sous mandat d’arrêt provisoire et détenu fin août à la prison centrale de Makala avant de bénéficier d’une liberté provisoire le 15 septembre dernier.

Carmel NDEO

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU