l'info en continu

Nord-Kivu: Le gouvernement militaire promet de traquer les fauteurs des troubles enregistrés ce lundi à Goma

- Publicité-

Annoncée comme ville morte, la journée de ce lundi 20 décembre 2021 à Goma, a viré au cauchemar. Des affrontements entre les éléments de la police nationale congolaise (PNC) et les manifestations, ont eu lieu.

Selon le bilan établi par la police, un commissaire de la PNC a été tué par les manifestants, six autres agents grièvement blessés er trois armes des policiers emportées. Le gouvernement militaire promet de traquer les auteurs de cette manifestation, qui sont identifiés comme membres de «Lucha et Veranda».

- Publicité-

« Tôt le matin, après avoir déployé la police dans certains coins de la ville pour se rassurer que la population vaque à ses occupations, nos compatriotes qui ont appelé à la ville morte se sont lancés sur les policiers. Un commissaire de police a été tué par balles à son poste de travail (à Rukoko dans le Nyiragongo). J’ai connu au moins 6 policiers grièvement blessés dont deux par balles et d’autres par le couteau», a indiqué le Commissaire divisionnaire adjoint Aba Van Yang,
Commissaire provincial de la police nationale congolaise au Nord Kivu.

Le gouvernement militaire a lors de ce point de presse, appelé la population à ne plus consider la rumeur sur l’entrée en ville de Goma de la police rwandaise.

« À travers ce point de presse, le Gouverneur du Nord-Kivu confirme que le Commissaire Général de la police, le Ministre National de la communication, le Maire de Goma, ont déjà dit qu’il n y a aucun policier rwandais à Goma et aucun projet dans le cadre de l’entrée de la police rwandaise n’est envisageable. Mais, les gens continuent à s’accrocher aux rumeurs», a déploré le Général-Major Sylvain Ekenge porte-parole du Gouverneur militaire du Nord-Kivu.

« Cette presence de la police rwandaise à Goma n’existe que dans l’imaginaire et des vendeurs d’illusions et manipulateurs. Mais aussi, des gens de mauvaise foi prêts à sauter sur n’importe quelle rumeur pour provoquer le désordre et faire du mal aux paisibles populations», a-t-il fustigé. Il a conclu son intervention à la presse, en annonçant que «la police est déjà saisie pour appréhender tous les fauteurs des troubles et les organisateurs des manifestations pendant cette période de l’état de siège.»

Merveilles Kiro

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU