l'info en continu

RDC/Makutano : Sama Lukonde vente les progrès enregistrés dans la gratuité de l’enseignement et les réformes à envisager

- Publicité-

Ouverture ce mardi 7 décembre de la 7è édition du forum international de business Makutano à Pullman hôtel à Kinshasa, sous le thème out of the box (en dehors du cadre).

Dans son mot de bienvenue, la fondatrice du réseau Makutano, Nicole Sulu a évoqué la fameuse qualification de la RDC comme pays potentiellement riche.
Pour elle, ce n’est le potentielle qui va améliorer la vie.

- Publicité-

« Nous sommes le pays plus riche au monde potentiellement mais sans jamais allée plus loin au risque de se rappeler que ce n’est pas le potentiel qui remplira les assiettes de nos enfants, qu’on soigne pas dans les hôpitaux potentiels et qu’aucun élève n’a jamais étudié dans une école potentielle », a-t-elle déclaré.

Cette dernière poursuit en disant «qu’Il n’existe des vrais grands pays que ceux qui transforment leurs atouts naturels en richesse profitable à l’ensemble de leurs citoyens. pays qui innove, construisent une croissance durable et véritablement créatrice de l’emploi et l’autonomisation des jeunes et des femmes et des plus démunis», a poursuivi Nicole Sulu, fondatrice du réseau Makutano.

Prenant part à la première plénière de ce programme, le premier ministre Sama Lukonde a axé son intervention sur plusieurs thèmes notamment « la jeunesse et l’éducation ».

Concernant la gratuité de l’enseignement de base en RDC, le premier ministre Sama Lukonde a annoncé que plus de réformes ont été lancées pour permettre au gouvernement d’avoir plus de moyens afin de financer la gratuité de l’enseignement.

« Nous sommes dans un contexte où tout est priorité, on est obligé d’innover un secteur difficile aussi parce que dans le cadre de la continuité de l’État beaucoup d’engagement on était pris pour rassurer le personnel enseignant et les motiver, et s’assurer finalement que nous atteignons les résultats celles de la bonne formation de nos enfants. Il y a une augmentation par rapport au budget précédent, mais ce n’est pas suffisant », a-t-il déclaré avant de poursuivre,

« Assurer la gratuité de l’enseignement à l’école primaire c’est aussi accorder les manuels de formation à ces enfants. Nous avons commencé des réformes qui nous permettent d’avoir plus de moyens et nous espérons avoir chaque un peu plus pour atteindre les objectifs et nous essayons de créer d’autres structures qui vont nous permettre d’accroître les revenus ».

Bernard MPOYI

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU