l'info en continu

RDC : Crise institutionnelle au Sankuru, un député national adresse une question orale avec débats au VPM de l’Intérieur

- Publicité-

Le Député national, André Tambwe Katambwe a déposé, ce mardi 23 novembre au Bureau de l’Assemblée nationale, une question orale avec débat adressée au Vice-premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, Daniel Aselo Okito au sujet des crises institutionnelles dans les provinces, en l’occurrence la province du Sankuru. Ce, conformément aux dispositions des articles 100 et 138 de la constitution, 169 et 170 du Règlement Intérieur de la Chambre Basse du Parlement.

Ce Député national, élu du PPRD, a fait savoir au Bureau de l’Assemblée nationale que la Nation congolaise exprime un certain désarroi et stigmatise le cas de la province du Sankuru qui, indique-t-il, vient de connaître un tournant décisif présage à nouveau une rechute décevante.

- Publicité-

Usant des prérogatives constitutionnelles, il sollicite auprès du Bureau de l’Assemblée nationale l’information officielle sur l’identité des répondants actuel du Pouvoir central dans la province du Sankuru et sur certains aspects de la coordination des services publics déconcentrés de cette juridiction.

André Tambwe Katambwe a, dans sa question orale avec débat, rappelé à Daniel Aselo Okito qu’en date du 5 novembre lors de la 27ème réunion du Conseil des Ministres, son ministère a soulevé, sur le plan politique, la destitution du Gouverneur de la province du Sankuru par son organe délibérant et rassuré, sans concrétiser plus de vingt jours après que les dispositions légales et réglementaires étaient en cours pour assurer l’intérim du gouverneur ainsi déchu.

C’est dans cette foulée qu’il estime que le courrier à la lettre n°031/CAB/PRES/SANK,B00/2021 du 28 octobre 2021 portant la notification de la déchéance de Gouverneur du Président de l’Assemblée provinciale du Sankuru dont ampliation lui a été réservée, censée prendre acte de l’intérim, comme de pratique instaurée dans le département qu’il gère, tarde à être expédié.

Aussi, dit-il, ce retard dans la formalisation d’un acte de haute portée symbolique laisse délibérément la place à une «anarchie» dans l’interprétation du véritable titulaire de la qualité de représentant du pouvoir central dans cette province actuellement.

Pour que Daniel Aselo enlève à la représentation nationale les zones d’ombre sur cette crise institutionnelle au Sankuru, le député national, André Tambwe Katambwe a posé, en substance, des questions au Vice-premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, à savoir :

Pouvez-vous fixer l’Assemblée nationale sur l’identité du titulaire actuel, dans la province du Sankuru, des devoirs inscrits à l’article 65, de la loi n°08/012 du 31 juillet 2008 portant principes fondamentaux relatifs à la Libre Administration des Provinces ? Si vous recevez des rapports sur le fonctionnement des services territoriaux du Sankuru au cours de ces deux derniers mois ? Dans l’affirmative aidez-nous à connaître, comment tenez-vous quotidiennement le bulletin sur l’État du territoire national ?

«En votre qualité de responsable du département susmentionné, nous voudrions obtenir de vous, au profit de la nation toute entière, des éclaircissements sur ces préoccupations qui tourmentent notre peuple», a-t-il déclaré.

Christian Okende

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU