PUBLICITÉ

RDC : « Manque de consensus » dans le choix des animateurs de la CENI, parmi les raisons du départ de Delly Sesanga de l’Union sacrée

Le député national Delly sesanga a annoncé officiellement son départ de l’Union sacrée de la Nation. Au cours d’une interview accordée au Magazine « Interview Exclusive », l’élu de Luiza au Kasaï Central, président du parti politique « Envol » et membre de groupe des parlementaires qui militent pour consensus, Delly Sesanga estime que l’Assemblée nationale, majoritairement constituée des députés de l’Union sacrée s’est écartée de la recherche dudit consensus.

Aussi, Delly Sesanga ajoute sa motivation par l’attitude des élus face à la question de la taxe RAM.

« Je vois qu’on s’écarte de plus en plus de cette recherche de consensus. Quand on ajoute à cela notre attitude par rapport à la question de contrôle parlementaire, à la question du RAM et à d’autres qui se posent à notre pays, je suis bien obligé de vous dire aujourd’hui qu’au-delà de cette liberté prise, je veux cesser d’appartenir comme tel à cette Union sacrée qui est une réalité parlementaire », a déclaré l’élu de Luiza .

Militant pour le consensus, Delly Sessanga a également évoqué le passage en force à l’assemblée nationale en ce qui concerne la loi organique sur la Centrale électorale.

« Aujourd’hui, je suis quelqu’un qui a pris sa liberté par rapport à l’Union sacrée à partir du moment où j’ai constaté à l’assemblée nationale que sur la loi portant organisation et fonctionnement de la CENI, les amendements que l’on avait présenté, l’état d’esprit de la loi tel qu’elle devait passer, j’ai dû sortir de la salle et je n’ai pas continué ce débat parce que comme je disais à tous les acteurs politiques la question c’était la réforme de la CENI et non pas sa mise en place qui est venue après et qui n’en ai que le reflet, donc le premier pêché est là », a-t-il ajouté.

Un premier départ de grande taille un sein de cette coalition quand on sait qu’en 2018, Delly Sesanga a soutenu la candidature du président Tshisekedi.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU