PUBLICITÉ

RDC/Sénat : Le rapporteur Michel Kanyimbu sauvé de justesse par Bahati Lukwebo

Le sénateur, Michel Kanyimbu, vient d’échapper d’un siège éjectable en tant que rapporteur de cette instance. La motion devant conduire à sa déchéance a finalement été avortée.

À en croire, l’analyste politique Me James Kabwe Lusa qui s’est confié à POLITICO.CD ce mardi 2 novembre, tout s’est joué autour du 24 octobre 2021 lors de l’audience accordée par le Chef de l’État Félix Tshisekedi au président du sénat juste avant son départ en Israël. « Le speaker de la chambre haute était porteur d’une lettre dans laquelle le rapporteur Michel Kanyimbu s’est confondu en mille excuses auprès du chef de l’État tout en lui demandant de lui pardonner de s’être écarté de la ligne maîtresse de l’union Sacrée en annonçant en solitaire sa candidature au Gouvernorat du Lualaba. Une ambition démesurée aux allures de trahison toute consommée », nous apprend-t-il.

D’après les informations en possession de cette dernière, le Président Bahati Lukwebo a expliqué au Chef de l’État que les erreurs commises par le rapporteur Michel Kanyimbu relèvaient de « son manque d’expérience (étant nouveau venu sur la scène politique où il est arrivé en 2019) car étant un commerçant depuis toujours et qu’il est nécessaire de comprendre ses erreurs ».

Cependant, relate James Kabwe, malgré ces quelques excuses de façade présentées au Chef de l’État par personne interposée et qui démontre que l’homme a précipité sa candidature pour des raisons inavouées, une analyse approfondie de la situation permet de se poser certaines questions importantes qui restent pendantes et sans réponses :

  1. Les excuses contenues dans la lettre n’ont-elles pas été présentées juste parce que Michel Kanyimbu tient au poste de rapporteur du Sénat et non à la loyauté envers l’Union Sacrée qu’il a trahi avec cette candidature précipitée ?
  2. La thèse prouvée de la complicité entre Michel Kanyimbu et l’ancien Gouverneur Richard Muyej pour le contrôle du Lualaba ne se confirme-t-elle pas davantage lorsqu’on considère l’empressement du Concerné à postuler à tout prix sans se référer à l’Union Sacrée et les multiples réunions tenues avec les proches de l’ancien Gouverneur ?
  3. Une simple lettre d’excuses adressées au Chef de l’État suffit-elle pour passer l’éponge sur cet acte aux allures de rébellion contre la volonté du Chef de l’État qui doit être la seule personne à choisir le ticket pour diriger toutes les provinces comme le Lualaba ?

Au regard de toutes ces questions, indique Me Lusa, le constat est que la lettre d’excuses adressées au Chef de l’État paraît comme un leurre.

En conclusion, soutient-il, toutes ces personnes doivent savoir que la mort de Gabriel Kyungu n’a pas ouvert la porte à une récréation dans le Grand Katanga pour que chacun fasse ce qu’il veut et comme il veut. « L’Union Sacrée requiert une certaine discipline pour tout celui qui veut y rester et qui devra s’aligner dans la discipline de la plateforme au risque de se voir sévèrement sanctionner aux prochains comportements de rébellion contre la vision du Chef de l’État », souligne Me James Kabwe.

Il sied de rappeler que c’est à la suite de ses ambitions prononcées de briguer la tête du gouvernorat du Lualaba, sans consentement de sa famille politique (alliée à l’Union Sacrée), qu’une pétition avait été signée contre lui (Michel Kanyimbu) recueillant 30 signatures. En effet, les sénateurs de l’Union Sacrée n’avait pas digéré la décision de Michel Kanyimbu de jouer en solo alors que les lignes directrices de leur plateforme exigées une conjugaison d’entente interne avant tout.

Hervé Pedro

- Publicité -

EN CONTINU