l'info en continu

COP26 : 500 millions USD approuvés par CAFI au profit de la RDC

- Publicité-

L’expert en appui aux processus de négociations entre l’Initiative de la forêt de l’Afrique Centrale (CAFI) et le ministère des Finances en RDC, Me Augustin Mpoyi, a annoncé que cette institution a approuvé une allocation initiale de 500 millions de dollars américains en provenance de son Fonds fiduciaire sur la période allant de 2021 à 2026.

Me Augustin Mpoyi l’a dit dans la présentation du communiqué conjoint et la « Lettre d’Intention » (Loi), au cours de la réunion de restitution organisée lundi par le ministère des Finances, au Cercle Elias dans la commune de la Gombe, à Kinshasa.

- Publicité-

L’objectif de cette rencontre, a-t-il dit, consistait à recueillir des avis des parties prenantes provenant des institutions publiques, du secteur privé, des ONGs et des médias sur le Projet de Loi entre la RDC et CAFI à Glasgow à la 26ème Conférence des Parties de la Convention- Cadre des Nations Unies sur le Climat.

La signature interviendra mardi, au cours de cette messe climatique entre le Chef de l’Etat de la RDC et le Premier ministre britannique pour le compte de CAFI.

Me Augustin Mpoyi a fait savoir que CAFI a également déployé des efforts quant à la mobilisation des financements conséquents, pour couvrir les engagements pris par la RDC pour la période correspondante, conformément à la « Déclaration de la Commission des forêts de l’Afrique » (COMIFAC) pour un Accord équitable en faveur des forêts du Bassin du Congo, signé le 26 août 2021.

Pour un développement vert

La RDC, a-t-il poursuivi, s’est engagée à œuvrer, en partenariat avec CAFI, dans l’objectif d’arrêter et d’inverser la perte des forêts et la dégradation des terres d’ici 2031, tout en assurant un développement durable et en promouvant une transformation rurale inclusive.

Cela, a-t-il ajouté, sera concrétisé sur la base de financements conséquents, additionnels, nouveaux et prévisibles, de stabiliser et, le cas échéant, de réduire la perte annuelle de couvert forestier, et de compenser les pertes résiduelles du couvert forestier par la régénération naturelle ainsi que le boisement-reboisement et l’agroforesterie.

« La COP26 permettra aux deux pays de renouveler et de revitaliser leur partenariat, qui sera une véritable source d’inspiration au niveau mondial, notant que CAFI reconnaît la redevabilité e la responsabilité de la RDC dans l’atteinte des objectifs et des jalons identifiés secteur par secteur dans la lettre d’intention signée entre parties », a souligné Me Mpoyi.

La lettre d’intention portant sur le renouvellement et l’élargissement d’un partenariat pour un développement vert dans le cadre de CAFI sur la période 2021-2031, a-t-il signalé, servira d’instrument pour la mobilisation des financements additionnels tant publics que privés, domestiques, bilatéraux et multilatéraux pour pousser la RDC à atteindre ses ambitions de développement vert.

Selon cette lettre d’intention, a rapporté l’expert Augustin Mpoyi, la mobilisation des financements après 2026 dépendra de l’évaluation indépendante du partenariat et de la disponibilité des fonds. C’est en fonction des financements engagés à partir de 2027, que les objectifs à l’horizon 2031 pourraient être réajustés, lit-on dans cette lettre.

Stéphie MUKINZI & ACP

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU