l'info en continu

RDC : « Pas d’effet positif visible après 5 mois d’état de siège » ( Baromètre Sécuritaire du Kivu)

- Publicité-

Selon un rapport mensuel publié ce dimanche 31 octobre par le groupe d’experts du Baromètre sécuritaire du Kivu (KST, Kivu security Tracker ), l’état de siège instauré depuis le mois de mai dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri n’a pas eu d’effet « positif visible ».

Ce rapport révèle que « les violences sont reparties à la hausse en septembre après leur baisse notable du mois d’août ».

- Publicité-

L’ituri a été la province la plus touchée par ces violences, qui engendrent d’importants déplacements de populations suite aux multiples attaques des rebelles de l’ADF.

« Sur le territoire d’Irumu, le nombre de civils tués a atteint un record depuis avril. Le massacre de Makutano (30 civils tués le 3 septembre), perpétré par les Forces démocratiques alliées (ADF), est notamment le plus sanglant depuis ceux de Boga et Tchabi dans la nuit du 30 au 31 mai 2021. La ville de Komanda, carrefour commercial important, a pour sa part été touchée par une incursion des ADF pour la première fois », peut-on lire dans ledit rapport.

En outre, le même rapport renseigne que sur le territoire de Djugu, les Forces armées de RDC (FARDC) ont amplifié leur logique de répression indiscriminée contre les milices de la Coopérative pour le développement économique au Congo (Codeco).

« Par ailleurs, un contingent de la garde républicaine est arrivé en renfort des FARDC dans cette zone », ajoute Kivu security Tracker.

Au Nord-Kivu, le Baromètre Sécuritaire du Kivu note que la relative accalmie des mois précédents, permise par une stratégie diplomatique des autorités militaires, semble s’essouffler et que le nombre de reddition est en baisse et les violences sont reparties à la hausse.

Se basant ainsi sur le bilan du 3e trimestre, le KST estime que la comparaison avec le trimestre précédent ne permet pas de conclure à une efficacité de l’état de siège, instauré le 6 mai, dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri.

« Le nombre de civils tués y est resté remarquablement stable (546 au 3e trimestre, contre 566 au 2e), de même que le nombre d’enlèvements (280 contre 273) »

De son côté, les autorités congolaises note les prouesses enregistrées par des forces loyalistes. A travers un tableau synoptique présenté la semaine dernière lors d’un briefing, le porte-parole des forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), le général major Léon Richard Kasonga a indiqué qu’au cours du mois de septembre à mi-octobre, l’armée a pu neutraliser plus de 632 ennemis, plus de 119 rebelles ont été capturés, plus de 569 rendus, plus de 615 otages récupérés et plus de 210 collaborateurs arrêtés, ainsi que plus de 1.301 armes récupérées dans les deux provinces.

Carmel NDEO

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU