PUBLICITÉ

La LUCHA indexe Tshisekedi et Sama dans le RAM en exigeant la suppression totale de cette taxe

Le gouvernement a suspendu la perception de la taxe RAM, mais uniquement pour les téléphones utilisant la technologie GSM plus connue sous le nom de la deuxième génération (G2).

Le premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde en a décidé ainsi, après avoir reçu le rapport détaillé de la question orale avec débat destinée au Ministre des postes, télécommunications et nouvelles technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC).

A en croire le compte rendu de la vingt-cinquième réunion du Conseil des ministres, 75% des abonnés utilisent les téléphones 2G, et qu’il s’agit là, d’une décision prise en attendant l’approfondissement de cette question.

En réaction à cette décision d’allègement, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA), continue à exiger plutôt que cette taxe soit supprimée totalement.

Dans son communiqué rendu public ce samedi 23 octobre 2021 et dont une copie est parvenue à POLITICO.CD, la LUCHA a indiqué que, la suppression du RAM pour les téléphones de deuxième génération (2G) annoncée par le gouvernement est une « demi-mesure et une vaine tentative de briser la mobilisation de notre peuple contre ce vol en bande organisée sous couvert de l’Etat ».

Pour la LUCHA, ceci « est une preuve de plus de la responsabilité directe du Président de la République et du chef du gouvernement dans cette arnaque.»

« Sa suppression ne tient qu’à leur volonté » persiste ce mouvement citoyen.

La LUCHA dit maintenir l’exigence de la suppression totale et immédiate de RAM, du remboursement à chaque Congolais des crédits indûment prélevés depuis septembre 2020, et de l’établissement de toutes les responsabilités dans la mise en place de RAM et l’utilisation aussi bien des fonds générés que des données personnelles des abonnés.

Par ailleurs, ce mouvement citoyen appelle les congolais « à rester mobilisés jusqu’à la satisfaction complète à ces exigences.»

Merveilles Kiro

- Publicité -

EN CONTINU