l'info en continu

Une délégation des étudiants en médecine plaide pour la suspension de la décision du Ministre de l’ESU

- Publicité-

Le Ministre de la Jeunesse, Nouvelle citoyenneté et Cohésion nationale, Yves Bunkulu, a reçu en audience ce jeudi 21 octobre 2021, une délégation des étudiants en médecine des universités interdites d’organiser la filière de la médecine en République démocratique du Congo. Cette délégation a été conduite par le député national Bernard Kayumba.

Dans son mémo, elle demande à ce que le gouvernement puisse surseoir la note circulaire du Ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Muhindo Nzangi Butondo. Selon ces étudiants, ladite note n’est peut pas abrogée un décret loi ou un arrêté ministériel.

- Publicité-

« Ensemble avec les étudiants, Bernard Kayumba ne jure que par l’annulation de la décision populiste du Ministre Muhindo Nzangi de l’ESU », rapporte la cellule de communication du Ministère de la Jeunesse.

Le Ministre de la Jeunesse Yves Bunkulu, également médecin de formation et de profession, s’est entretenu plus d’une heure avec cette délégation. Il dit avoir pris en compte toutes les doléances et promet de les soumettre à qui de droit.

L’équipe de communication du Ministère de la Jeunesse rapporte notamment que le député national Bernard Kayumba invite ses collègues députés à poser des questions pertinentes lors de l’interpellation du Ministre de l’ESU à l’Assemblée nationale.

« Malgré son échec au niveau du Conseil d’État avec sa requête, la demande d’annulation de cet acte administratif de ces dossiers, Bernard Kayumba reste déterminé à avoir des retombées positives en plaçant sa confiance en ses collègues députés qui accompagnent son action. Il leur demande d’être présents pour poser des questions pertinentes pendant l’interpellation du ministre de l’ESU au niveau de l’Assemblée Nationale dans les jours qui suivent ».

Le représentant des étudiants des universités frappées par ladite note circulaire a, à son tour, déploré la décision du Ministre de l’ESU. Il estime que cette décision peut arrêter l’ambition de ces jeunes qui veulent émerger.

Christian Malele

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU