l'info en continu

Aux Magistrats : la République « n’accordera aucun pardon » aux « actes de corruption » (Sama Lukonde)

- Publicité-

Lors de l’ouverture des travaux des états généraux sur la lutte contre la corruption en République Démocratique du Congo, ce mardi 19 octobre, le Premier Ministre, Sama Lukonde, a indiqué qu’il ne va accorder aucun pardon aux magistrats qui vont faciliter les actes de corruption.

« Le gouvernement doit procéder à une meilleure redistribution des richesses de l’État pour en faire bénéficier à tous les congolais. C’est ici l’occasion d’attirer l’attention singulièrement des magistrats, des agents de police judiciaire, qui doivent pleinement jouer leurs rôles. La République n’accordera aucun pardon à ceux d’entre eux qui vont faciliter les actes de corruption et des détournements des deniers publics », a déclaré Sama Lukonde.

- Publicité-

Pour lui, ces assises tombent à point nommé dans la mesure où elles vont permettre au gouvernement de jeter un regard sur ce qui a été fait, de révéler les défis majeurs avant que celui-ci ne se projeter vers le futur en vue d’assurer un avenir meilleur à notre peuple.

Le Chef du gouvernement a pour se faire rappelé : « il vous souviendra que lors de son investiture à la magistrature suprême, le Président de la République avait donné le ton en prenant l’engagement de travailler pour l’avènement d’un Etat de droit débarrassé de la corruption et de toutes sortes d’antivaleurs. »

À noter que des personnalités du pays et institutions prennent part à ces assises. Il s’agit du professeur du droit pénal et ancien conseiller spécial de lutte contre la corruption de Joseph Kabila, Luzolo Bambi, l’inspection générale des finances, l’agence de prévention et de lutte contre la corruption, ainsi que les acteurs de la société civile.

Débutées ce mardi 19 octobre, ces assises iront jusqu’au 23 octobre. Elles sont organisées par le ministère de la justice, en collaboration avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Les objectifs de ces états généraux sont notamment la prévention de la corruption, l’incrimination, la détection et la répression de la corruption, a-t-on appris.

Dominque Malala

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU