l'info en continu

L’entérinement de Denis Kadima est un coup de massue à la confiance entre parties prenantes au processus électoral (Néhémie Mwilanya)

- Publicité-

L’entérinement de Denis Kadima le samedi 16 octobre dernier par l’assemblée nationale comme président de la CENI, ne cesse de susciter des réactions au sein de la classe politique congolaise principalement dans l’opposition.

Parmi ses réactions s’ajoute celle de l’ancien coordonnateur du Front Commun pour le Congo, Néhémie Mwilanya, qui estime que l’entérinement de Denis Kadima à la tête de la CENI est un coup de massue à la confiance entre parties prenantes.

- Publicité-

« Le forcing de l’équipe Kadima à la tête de la CENI c’est un coup de massue à la confiance entre parties prenantes à un processus électoral déjà délicat. En plus d’une crise sécuritaire dans l’Est, c’est désormais la crise politique qui s’installe à Kinshasa. Pour quelles perspectives? », s’est-il interrogé.

Rappelons que, du côté d’Ensemble pour la République de Moïse Katumbi, la nomination de Paul Muhindo, membre de leur parti politique, au poste de rapporteur adjoint est signe de corruption et débauchage.

« Il n’y a pas eu compromis, nous ne comprenons pas comment l’un de nous se retrouve sur cette liste. Il y a fraude, corruption et débauchage. L’acte qui a été posé dans le sens de cet entérinement, c’est un acte tout à fait crapuleux. Des choses pour lesquelles on manque même de qualificatifs « , a déclaré Dieudonné Bolengetenge, Secrétaire général du Parti politique Ensemble pour la République.

Du côté des six confessions ayant porté le choix de Denis Kadima, Dodo Kamba s’est réjoui de l’entérinement de ce dernier par l’Assemblée nationale et affirme qu’avec ce choix, l’organisation des élections en République Démocratique du Congo sera différente des autres cycles précédents.

Bernard MPOYI

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU