PUBLICITÉ

CENI : Moïse Katumbi appelé à inviter ses ministres de quitter le gouvernement

Le Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation (PMVS) appelle le Président d’Ensemble pour la République, Moïse Katumbi de demander à ses ministres de démissionner du Gouvernement de la République Démocratique du Congo. Car, dit-il, la ligne rouge a été franchie en entérinant Dénis Kadima par l’Assemblée nationale comme Président de la CENI.

« Qu’il n’en profite pour instrumentaliser les jeunes, nous voulons la paix et nous voulons construire notre pays consciemment. Il est plus préférable pour Moïse Katumbi Chapwe de demander à ses ministres de démissionner et il est libre de quitter l’Union Sacrée et rejoindre les autres opposants », a déclaré Ludovic Kalengayi, le coordonnateur national du Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation.

Pour lui, la RDC a besoin d’une union forte afin de faire progresser le pays et d’intégrer les populations dans le processus du développement et non organiser des actions contre le Président de la République, Félix Tshisekedi.

Dans un communiqué rendu public ce lundi 18 octobre parvenu à POLITICO.CD, le PMVS dit avoir suivi avec attention la question orale avec débat adressée au Ministre des PTNTIC sur la taxe RAM à l’Assemblée nationale.

À ce sujet, il dit être ravi de constater que le Ministre des PTNTIC, Augustin Kibassa a bel et bien adressé les préoccupations des députés nationaux au Premier ministre afin de trouver des solutions idoines quant aux desideratas de la population sur l’affaire RAM qui a fait couler beaucoup d’eau sous le pont.

« Le Gouvernement avait promis de prendre des dispositions appropriées pour satisfaire la population. Notons ici que les solutions numériques contribuent à renforcer la résilience des populations, elles aident aussi à apporter des solutions rapides, flexibles et inclusives pour un pays et nous le PMVS avons proposé plusieurs solutions afin que la population puisse bénéficier de cette rémunération », a fait savoir le PMVS.

Par ailleurs, le Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation accuse le Parti d’Ensemble pour la République d’instrumentaliser les jeunes des mouvements citoyens, tels que la LUCHA, Filimbi et autres en finançant, selon eux, les actions qu’ils ont prévu pour ce mois d’octobre contre le gouvernement de la République et le Chef de l’État, Félix Tshisekedi.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU