samedi, octobre 16, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Désignation des animateurs de la CENI : LAMUKA annonce une marche pour le 15 septembre prochain

- Publicité-

Le Présidium de LAMUKA, composé de Martin Fayulu et d’Adolphe Muzito, annonce une marche pour le 15 septembre prochain dans les grandes villes du territoire national afin de riposter contre la politisation de la Commission électorale nationale indépendante, le glissement ainsi que la fraude électorale. Cette annonce ressort d’une conférence de presse tenue ce mardi 24 août 2021 à Kinshasa.

Le présidium de la plateforme Lamuka accuse Félix Tshisekedi de préparer non seulement un glissement du calendrier électoral mais également la fraude électorale.

- Publicité-

« Au regard de la situation politique, économique, sociale et sécuritaire dramatique qui règne dans notre pays et face à d’autres enjeux, beaucoup plus complexes, qui menacent le pays, le Présidium de LAMUKA demande au peuple congolais de se lever pour contre les velléités dictatoriales de Monsieur Félix Tshisekedi. En effet, M. Félix Tshisekedi prépare à la fois le glissement du calendrier électoral et la fraude électorale », précise le Présidium.

Martin Fayulu et Adolphe Muzito exigent le respect de la Constitution de la République, précisément de son article 73 qui fixe le délai de la convocation du scrutin de l’élection présidentielle.

« LAMUKA réaffirme haut et fort son attachement au respect de la Constitution de la République et exige sa stricte application, notamment de son article 73 qui stipule que : « le scrutin pour l’élection du Président de la République est convoqué par la Commission électorale nationale indépendante, quatre-vingt-dix jours avant l’expiration du mandat du Président en exercice », même si, en l’espèce, celui qui est en place, l’est de fait », souligne le Présidium de LAMUKA.

Ils affirment qu’ils n’accepteront pas, ni la population congolaise, le glissement ni la fraude pendant les élections prévues en 2023. Ils ajoutent que « le respect de la souveraineté du peuple n’est pas négociable ».

LAMUKA promet de prendre l’opinion nationale et internationale en témoin, avant la marche prévue pour le 15 septembre prochain, afin de faire voir que les élections peuvent et doivent être organisées relativement à la Constitution de la République, si seulement si toutes les parties prenantes se mettent d’accord.

Christian Malele

- Publicité -

EN CONTINU