samedi, octobre 16, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Assassinat d’un journaliste en Ituri : JED saisit le 1er Ministre et demande la mise en place d’une mission d’enquête mixte

- Publicité-

À travers une correspondance dont une copie est parvenue ce mercredi 18 août à POLITICO.CD, Journaliste en Danger (JED), saisit le Premier ministre en lui demandant la mise en place d’une mission d’enquête mixte composée des représentants du gouvernement et de la profession.

Cette organisation demande au chef du gouvernement congolais de sortir de son silence et de dépêcher une mission d’enquête dans la province de l’Ituri pour élucider les circonstances exactes de l’assassinat de ce journaliste et d’en identifier les auteurs.

- Publicité-

« Notre organisation croit fermement que la mise en place d’une commission d’enquête indépendante mixte composée des représentants du gouvernement et de la profession pourra non seulement élucider les circonstances de cet assassinat du journaliste, mais également lancera un signal fort de votre gouvernement pour rassurer les professionnels des médias de plus en plus inquiets pour leur sécurité », peut-on lire dans cette correspondance.

Alors que le Commissaire provincial de la police en Ituri avait, dans un appel téléphonique, accusé les miliciens « maï maï » d’être les auteurs de ce meurtre, JED estime qu’en l’état actuel, toutes les pistes devraient être examinées pour élucider toutes les zones d’ombre qui entourent l’assassinat ciblé de ce journaliste.

Pour éclairer la lanterne du Premier Ministre Sama Lukonde, JED a retracé les circonstances qui ont conduit le journaliste à la mort. Cette attaque a été précédée, soulignent l’Organisation, par une série de menaces, des interpellations et des actes de torture dont le journaliste a été victime quelques jours avant sa mort.

Joël Mumbere était, explique JED, parmi les journalistes de la Radio Communautaire Lwemba qui vivaient en clandestinité au lendemain de l’assassinat, le 2 novembre 20219, de leur confrère Papy Mahamba. A l’époque, le journaliste ainsi que ses collègues recevaient une série de menaces de mort pour avoir animé des émissions de sensibilisation sur l’éradication de la maladie à virus Ebola dans la province de l’Ituri.

Exprimant sa consternation après l’assassinat du journaliste, JED a, à travers cette correspondance, demandé au Premier ministre congolais Jean-Michel Sama Lukonde de tout mettre en œuvre, de par ses prérogatives, pour que les attaques physiques perpétrées contre des journalistes dans l’exercice de leur profession ne restent pas impunies.

« Alors que vous aviez déclaré lors de votre discours d’investiture qu’Il est plus que temps de redorer l’image de marque de notre pays au travers d’une communication stratégique structurée, présentant la RDC comme un pays où la démocratie se consolide, où les droits et libertés sont respectés, où la presse fonctionne en toute liberté, dans la responsabilité, et donc un pays où tous les espoirs sont permis », force est de constater que la réalité des faits contredit âprement ces engagements au vu d’une série d’attaques contre les professionnels des médias culminant par ce deuxième assassinat d’un journaliste depuis votre avènement au pouvoir », conclut JED.

Rappelons que, c’est dans la nuit de vendredi 13 à samedi 14 août de l’année en cours que le journaliste Joël Mumbere Musavuli, directeur de la radio-télé Baronnie de Byakato et son épouse ont été tués à Byakato (Ituri), après avoir reçu des menaces de miliciens.

Dominique Malala

- Publicité -

EN CONTINU