mardi, octobre 19, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Insécurité à Minembwe : « ceux qui ont dirigé la sécurité dans cette zone doivent répondre de leurs actes » (Moïse Nyarugabo)

- Publicité-

Le Sénateur, Moïse Nyarugabo Muhizi Mugeyo s’est exprimé à la presse, le jeudi 8 juillet, au sortir d’une séance de travail avec le Ministre de la Défense nationale. Il a passé en revue toute la problématique de la sécurité du Sud-Kivu en général et du territoire de Minembwe en particulier.

D’après le Sénateur Moïse Nyarugabo, à Minembwe, il y a eu beaucoup d’assassinats, d’enlèvements et d’arrestations.

- Publicité-

« Le dernier cas date du 30 juin, là cette fois-ci, ce sont des militaires en uniforme qui ont tiré à bout portant sur des femmes en plein jour. J’apprends qu’aujourd’hui il y a l’auditorat et la Cour Militaire qui ont envoyé des délégations pour les audiences foraines mais le mal est profond. Je pense qu’il ne suffit pas simplement de condamner trois caporaux alors que c’est une affaire qui date de 4 à 5 ans. Ce qui se passe depuis quatre ans ce n’est pas à cause de 4 ou 5 caporaux qui ont tué 5 personnes », a déclaré le sénateur Nyarugabo.

Pour lui, en effet, il faut creuser et sanctionner jusqu’aux responsables, ceux qui ont dirigé la sécurité dans cette zone pendant cette période, ils doivent répondre de leurs actes.

« On ne peut pas avoir 500 personnes tuées, on ne peut pas avoir plus de 400 villages brûlés et rasés, on ne peut pas avoir plus quatre mille bétails emportés alors qu’il y a des responsables de l’armée, alors qu’il y a des positions des militaires dans tous les environs de tous ces événements et pensé que c’est seulement 3 ou 4 caporaux qui sont responsables, moi je ne crois pas », a-t-il renchéri avant d’appeler le Gouvernement à faire son travail.

Il a, par ailleurs, révélé que les groupes armés locaux ont coalisés avec des groupes armés étrangers connues et, dit-il, ils attaquent systématiquement la communauté Banyamulenge.

« Les Maï-Maï qui les pourchassent, disent qu’ils ne sont pas des congolais, ils doivent les chasser au pays. Il y a une sorte de piration ethnique. Si le gouvernement ne prend pas ses responsabilités. Il y a un risque d’extermination », a dénoncé Moïse Nyarugabo.

Christian Okende

- Publicité -

EN CONTINU