jeudi, octobre 28, 2021
DRC
57,470
Personnes infectées
Updated on 28 October 2021 à 16:32 16 h 32 min
DRC
5,449
Personnes en soins
Updated on 28 October 2021 à 16:32 16 h 32 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 28 October 2021 à 16:32 16 h 32 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 28 October 2021 à 16:32 16 h 32 min

l'info en continu

Non paiement de leurs indemnités de sortie : les membres du gouvernement Ilunkamba annoncent des actions

- Publicité-

Les membres du Gouvernement Ilunkamba, ministres et leurs staffs, prévoient d’entamer une série de manifestation la semaine prochaine pour exiger le paiement de leurs indemnités de sortie. Sur Top Congo FM, Âgée Matembo, ancien Ministre de l’aménagement du territoire, fait remarquer ce samedi 3 juillet qu’ils ne touchaient même plus les frais de fonctionnement 6 mois avant la remise-reprise avec les membres du Gouvernement actuel.

« 6 mois avant la remise-reprise, les membres du gouvernement Ilunkamba ne recevaient déjà plus les frais de fonctionnement. Il faut payer aussi les indemnités de sortie des membres du gouvernement, y compris celles des membres des cabinets », dit-il en confirmant la tenue des manifestations la semaine prochaine.

- Publicité-

Agée Matembo rappelle aux membres de l’exécutif actuel qu’aucune Gouvernement n’est éternel : « au gouvernement Sama Lukonde, nous disons la phrase célèbre que nous voyons souvent dans des cimetières : hier, nous étions comme vous. Donc, ils doivent savoir qu’il n’y aura pas de gouvernement éternel dans ce pays. Demain ou après demain, ils seront comme nous ».

Pour cet ancien Ministre, le non paiement de leurs indemde sortie est une honte pour le pays étant donné que les bénéficiaires de ces avantages ont rendu des « loyaux services ». Ce paiement, à l’en croire, ne devrait faire objet de forcing.

« C’est une honte pour la République démocratique du Congo. Il s’agit des indemnités des membres du gouvernement Ilunkamba qui ont rendu des loyaux services à la République. Cela ne devrait même pas faire l’objet d’un forcing », déplore t-il.

Il fait remarquer qu’ils ont « écrit la première correspondance sollicitant une audience auprès du Premier ministre pour qu’en parle et jusqu’à ce jour nous attendons. Nous croyons encore à sa bonne foi, nous croyons à ce qu’il nous a expliqué lors de cette audience ».

Stéphie MUKINZI

- Publicité -

EN CONTINU