lundi, octobre 18, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Tshopo: après une longue crise institutionnelle en province, Ensemble pour la République présente ses pistes de solution

- Publicité-

Après le déchaînement de la crise politique née d’une série de motions votées contre le Gouvernement que dirigeait Walle Lufungula et une sorte de bicéphalisme à l’exécutif provincial, un vent nouveau souffle à la Tshopo. Les derniers arrêts de la cour constitutionnelle déclarant définitivement, vendredi 18 juin, la déchéance du gouvernement Walle ont mis fin aux mésaventures constatées entre les premières institutions politiques de la province.

Plusieurs analystes politiques approchés par POLITICO.CD ont noté que la province avait été plongée dans un coma. Un collectif de jeunes leaders a, dans une déclaration de la plateforme « Tshopo Telema », estimé aussi que la province a encouru dans un tohu-bohu.

- Publicité-

C’est ainsi que, dans le souci d’apporter sa pierre angulaire pour la construction d’une nouvelle dynamique de gouvernance pendant la période transitoire précédant l’organisation de la prochaine élection du gouverneur, Ensemble pour la République sort du silence. Dans une ébauche présentée le 22 juin 2021 au gouverneur intérimaire de la Tshopo Maurice Abibu Sakapela, et dont une copie est parvenue à POLITICO.CD ce vendredi 25 juin 2021, la coordination provinciale de Ensemble pour la République, parti cher à Moïse Katumbi, émet ses propositions d’actions « prioritaires » à entreprendre pendant la période d’intérim et afin de réinstaller une politique de décollage de la Tshopo.

Voici l’ossature des actions telles que présentées dans ce document signé par Esuka Alfani Jean-Claude, coordonnateur provincial de Ensemble:

Dans le secteur politique:

  • Refaire la confiance entre le Gouvernement provincial et l’Assemblée Provinciale en se conformant aux exigences légales, en ce qui concerne par exemple, la régularité du versement de la dotation financière du Gouvernement Provincial à l’égard de l’Assemblée Provinciale conformément au budget voté ;

-Encourager les rencontres de la Dynamique de l’Union sacrée au niveau provincial, réunissant les Présidents des Partis politiques, les membres du Gouvernement et les Députés provinciaux membres de l’USN, dans l’objectif de discuter de certaines questions qui intéressent la gestion de la Province ;

-Œuvrer pour la cohésion des différentes communautés de la Tshopo en s’abstenant par exemple au règlement des comptes aux membres du Gouvernement ou du cabinet, proches de Monsieur Walle Lufungula.

Dans le secteur de la sécurité et de l’administration du territoire:

  • Veiller à l’application de l’ordre opérationnel du Président de la République relatif au démantèlement de toutes les barrières illicites sur les voies routières et fluviales à travers toute la province, devenues sources de tracasseries de tous genres ;
  • Appuyer la police dans la lutte contre le banditisme urbain ;
  • Relancer le dossier de l’occupation anarchique d’une partie du territoire de la Province par le Maniema pour que la Tshopo soit rétablie dans ses doits.

Dans le domaine des infrastructures routières:

  • Veiller à l’achèvement des travaux de la voirie urbaine, amorcer d’autres travaux et les intensifier, y compris l’axe aéroport de Bangboka et le centre-ville;
  • Procéder au curage des caniveaux et des collecteurs de la ville de Kisangani;
  • Mettre en place des mécanismes transparents de perception des taxes de péage route et les canaliser réellement dans les travaux de réhabilitation et de maintenance des routes, dans l’objectif de désenclaver certains chefs-lieux des territoires ;
  • Recruter et déployer les cantonniers ;
  • Installer des brigades des travaux publics dans tous les territoires, dépendant et prises en charge par le Gouvernement Provincial.

Dans le secteur de la gouvernance financière:

  • Veiller à la maximisation des recettes en luttant contre le coulage des recettes dus aux détournements et à la corruption ;
  • Assainir la gestion financière par la canalisation de toutes les recettes dans le trésor provincial ;
  • Améliorer les conditions de travail du personnel de la DGRPT par le paiement régulier de leurs salaires.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU