PUBLICITÉ

Kinshasa : les agents de TRANSCO en grève après le « passage à tabac » de quelques chauffeurs pour avoir transporté plus de 50% de passagers

Les agents de la société congolaise de Transport (TRANSCO) ont décrété une « grève » ce mercredi 21 juin 2021. Cette décision intervient après un passage au tabac des agents de TRANSCO par la nouvelle unité de la police, communément appelée « Ujana », déployée sur terrain pour faire respecter les mesures barrières édictées par les autorités pour faire face à la troisième vague de la pandémie de coronavirus, confie à POLITICO.CD un agent de cette société, sous couvert d’anonymat.

Selon cette source, quelques chauffeurs du TRANSCO ont été « tabassés » par les éléments de la police pour avoir transporté plus de passagers contrairement à la décision des autorités compétentes. En protestation, les chauffeurs ont décidé de sécher les artères de Kinshasa. Les nouvelles mesures prises par le chef de l’État et renforcées par le gouvernement central, les transports publics devraient réduire à 50% le nombre des passagers.

Cette situation est à la base de la flambée de prix et de difficultés de transport observées ce matin dans différents arrêts de bus de la ville de Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo

Pour le cas du tronçon UPN-Rond point Ngaba, les passagers sont obligés de payer 1000 fC par course soit le double du prix habituel dans les bus « Hiace et le Mercedes 207 ».

La même situation est observée pour les taxis motos, obligés de ne transporter qu’un seul passager au lieu de deux qui taxent doublement leurs clients. Une course de l’Université Pédagogique Nationale (UPN) à Kintambo Magasin se lève maintenant de 4000fc à 5000fc.

Pareille situation dans le district de la Tshangu. Les arrêtés de bus bondés, les habitants sont contraints de faire des longues distances à pieds pour atteindre le centre ville.

Rappelons que dans un arrêté rendu public lundi 21 juin 2021, le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka a déterminé les amendes à coller aux contrevenants aux mesures de renforcement prises par le président de la République Félix Tshisekedi et le gouvernement pour lutter contre la troisième vague de la pandémie qui sévit en RDC et particulièrement Kinshasa qui en demeure l’épicentre.

Parmi ces mesures, il y a notamment la réduction à 50% de la capacité d’accueil, pour ne citer que ça. En ce qui concerne le non respect du nombre des passages dans les transports public, l’amende est fixée à 100.000fc et 20.000FC pour les Taxi-moto avec plus d’un passager.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU