PUBLICITÉ

« Outre la catastrophe survenue à Goma, le pays fait face à autant des défis » (Cabinet de Martin Fayulu)

Martin Fayulu qui s’est dit toujours Président « élu » aux élections de décembre 2018 manifeste sa solidarité avec les sinistrés de la ville de Goma, plongés dans la crise après une éruption soudaine du géant volcan de Nyiragongo. Par l’entremise d’un communiqué signé par son directeur de cabinet Jean-Claude Mwalimu, dont une copie est parvenue à POLITICO.CD, le cabinet Fayulu estime que le pays est au bord du chaos. Pour lui, cette éruption volcanique vient exacerber la souffrance du peuple.

« Le président élu, Martin Fayulu, est bien conscient que la nation congolaise est aujourd’hui au bord du chaos. L’éruption du volcan Nyiragongo, avec tant des dégâts causés en termes de perte en vies humaines, de blessés, de destruction d’infrastructures, de sans-abris et besoins urgents en assistance humanitaire est soudainement venue exacerber la souffrance du peuple. » souligne le cabinet de Fayulu.

Selon l’esprit dudit communiqué, l’autorité morale du parti politique ECIDé renouvelle tout de même sa compassion et sa solidarité à ses compatriotes de Goma. Il dit « demeurer à leurs côtés » et « implore l’intervention de l’Éternel en faveur des compatriotes éprouvés. »

Cohésion nationale brisée

Outre la catastrophe survenue à Goma dans l’Est de la RDC, le pays, estime le cabinet de Martin Fayulu, fait face à plusieurs autres défis. Il cite notamment « l’impasse institutionnelle à tous les niveaux, la misère criante dans la quelle croupit le peuple congolais, la gestion hasardeuse de la pandémie de covid-19, la menace dangereuse du tribalisme susceptible s’embraser la RDC, l’effondrement du système éducatif, le délabrement apocalyptique des routes, la clochardisation des fonctionnaires, l’insécurité totale dans la partie Est du pays ainsi que la proclamation d’un État de siège sans préparation et sans loi d’encadrement. »

Pour Fayulu, cette tragédie peut, en effet, ouvrir une fenêtre d’opportunités afin de trouver des réponses aux défis ci-haut énumérés.

Cependant, Fayulu reste tout de même ouvert aux discussions d’intérêt supérieur de la nation, visant à reconstruire la cohésion nationale, qui selon lui, reste « brisée. »

« En ces moments difficiles pour le pays, nous sommes convaincus que toute démarche encadrée par les chefs des confessions religieuses de notre pays et soutenue par tous les congolais, dans le sens de réunir toutes les parties prenantes en vue de reconstruire la cohésion nationale brisée, bénéficiera de l’adhésion du président élu. » argue son cabinet.

Samedi 22 mai dernier, le Nyiragongo est soudainement entré en éruption, provoquant une série de petits tremblements de terre. Bien que la coulée de lave se soit arrêtée aux alentours de Goma, cette tragédie volcanique a causé des dégâts importants au Nord Kivu.

Serge SINDANI

- Publicité -

EN CONTINU