PUBLICITÉ

Au ministère de l’environnement, Eve Bazaiba recourt à l’IGF pour l’audit de son ministère

La Vice-Premier ministre, Ministre de l’environnement et développement durable, Eve Bazaiba Masudi, sollicite une « réquisition d’informations » du ministère dont la gestion lui incombe. Pour ce faire, elle a fait recours à l’inspection Générale des finances (IGF).

Dans une correspondance consultée par POLITICO.CD, dont le destinataire se veut être l’Inspecteur Chef de service de l’IGF, la nouvelle patronne de l’environnement et développement durable, a sollicité un maximum d’informations de l’apport de son Ministère au Trésor public. Elle dit vouloir « compléter l’état des lieux de la gestion financière globale du Ministère. »

« Dans le soucis de recueillir le maximum d’informations sur l’apport réel du Ministère de l’environnement et développement durable au Trésor public, je vous invite à déployer une équipe pour la récolte des données y afférentes. Ceci me permettra de compléter l’état des lieux de la gestion financière globale du Ministère », peut-on lire dans lettre portant la signature de Eve Bazaiba.

Pour rappel, c’est depuis le 27 avril 2021, après une cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur Claude Nyamugabo, que Madame Eve Bazaiba est entrée en fonction. Au cours de la cérémonie de passation de baton de commande à la tête du ministère, elle s’était réjouit des potentialités que reorge la RDC dans le domaine de l’environnement.

Pour Eve Bazaiba, « les potentialités que nous avons toujours entendues à travers le ministère l’environnement, nous avons l’opportunité de les rendre palpables à des richesses qui vont aider la RDC à aller de l’avant, en terme économique, social et surtout la justice sociale est possible. »

Et de poursuivre, « tous les projecteurs du monde visent la RDC dans ce domaine de l’environnement parce que nous avons la responsabilité mondiale, le deuxième poumon du monde. Il se fait que la nature est juste telle que Dieu l’a créée, il y a aussi deux poumons donc le Congo nous avons cette responsabilité de faire respirer le monde, de donner l’oxygène au monde, sans l’oxygène, on ne vit pas et ça c’est oxygène au propre tout comme au figuré. Nous avons la faune, la flore, tout ce qui comporte la biodiversité, l’eau et ça peut nous aider à remettre le Congo dans l’échiquier international par rapport à notre position géostratégique, par rapport au leadership dans le concert des Nations. »

Adrien AMBANENGO

- Publicité -

EN CONTINU