PUBLICITÉ

Invité à une table ronde par Dan Gertler, le CNPAV appelle plutôt à une enquête judiciaire

A travers un communiqué publié mercredi 12 mai par le truchement de son service de communication, l’homme d’affaires Israélien, Dan Gertler, a manifesté sa disponibilité à éclairer les « incompréhensions » entretenues par le CNPAV, dans son rapport publié récemment.

Réagissant à ce communiqué, le CNPAV dit ne pas avoir reçu directement une quelconque invitation de la part de Dan Gertler : « le Congo n’est pas à Vendre ne peut pas confirmer qu’il s’agisse réellement d’une proposition de M. Gertler. Nous n’avons rien reçu directement de sa part, ni de la part de sa société de communication à laquelle il fait généralement appel. Pourtant, il connaît nos coordonnées ».

Le Congo n’est pas à vendre soutient avoir fourni l’homme d’affaires israëlien « l’opportunité de répondre à nos allégations mais sans suite ».

« Nous lui avons écrit le 2 avril 2021 avec des questions détaillées sur tous les chiffres présentés dans notre rapport, soit plus d’un mois avant sa publication. La méthodologie et les sources utilisées sont clairement détaillées dans le rapport. Nous lui avons demandé de corriger toute erreur éventuelle et sollicité les éléments probants. Il n’a pas répondu », rappelle le CNPAV.

En l’absence de réponse, le Congo n’est pas à Vendre estime que l’invitation à la table ronde si elle provient réellement de Dan Gertler n’est pas pertinente. A l’en croire, ladite table ronde ne va pas résoudre les 3,7 milliards de dollars de pertes auxquels l’État de la RDC est confronté du fait de ses accords.

« Une table ronde entre M. Gertler et la société civile ne résoudra pas les 3,7 milliards de dollars de pertes auxquels l’État de la RDC est confronté du fait de ses accords. Ces immenses pertes devraient être une question de la plus haute
priorité pour le gouvernement congolais et il doit trouver une solution urgente. Ceci est particulièrement critique à un moment où la RDC recherche désespérément des financements pour soutenir son budget », martelle cette organisation qui lutte contre la corruption.

Cette structure propose au gouvernement d’ouvrir une enquête judiciaire crédible et indépendante sur les accords passés avec Dan Gertler et ses entreprises. A ce titre, Le Congo n’est pas à Vendre promet de transmettre un dossier d’information au Procureur Général auprès de �la Cour de Cassation.

« Il appartient à M. Gertler de coopérer pleinement avec les instances judiciaires et de fournir tous les documents et paiements qu’il a effectués et reçus. M. Gertler reste libre d’y répondre et de fournir tout élément de preuve qui permettrait d’éclairer l’opinion publique », conclu CNPAV. �

Dans un rapport publié le mercredi 12 mai 2021 à Kinshasa, la coalition le Congo N’est Pas À Vendre (CNPAV), a affirmé notamment que “la RDC pourrait perdre 3,71 milliards USD dans le cadre de transactions minières conclues avec Dan Gertler.”

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU