PUBLICITÉ

Est de la RDC : Antonio Guterres nomme le général Marcos de Sá Affonso da Costa commandant de la Force de maintien de la paix

Le Général brésilien Marcos de Sá Affonso da Costa a été nommé, vendredi 9 avril par le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, à la tête de la Force de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République Démocratique du Congo (MONUSCO).

Cette décision intervient après l’échange téléphonique mercredi dernier entre le Chef de l’État Félix, Tshisekedi et Antonio Guterres autour du renforcement des capacités de la Monusco dans l’Est du pays.

Affonso da Costa a servi dans la Mission de vérification des Nations Unies en Angola, l’UNAVEM et au sein des délégations brésiliennes au Pérou et en France.

Dans l’armée brésilienne, le Général a commandé l’école préparatoire des cadets, le bataillon d’infanterie de la jungle, le bataillon d’infanterie mécanisée et a occupé d’autres postes de direction.

Depuis 2019, le Général Affonso da Costa s’emploie à préparer les forces sur le terrain en coordonnant la formation militaire des troupes brésiliennes.

Diplômé de l’Academia Militar das Agulhas Negras (Académie militaire des aiguilles noires), Marcos de Sá Affonso da Costa est titulaire d’une licence en administration et a suivi plusieurs formations à l’Institut des hautes études de défense nationale et au Centre des hautes études militaires, tous deux situés à Paris.

Le Général Marcos de Sá Affonso da Costa va succéder à ces fonctions au Général Costa Neves, qui a récemment quitté le commandement de la Force. Il dirigera 13.000 casques bleus originaires de 50 pays.

La Force de maintien de la paix de L’ONU (Casques bleus en référence à la couleur bleue de leur casque) est une force militaire ayant pour rôle le maintien le rétablissement de la paix et de la sécurité internationale, sur ordre du Conseil de sécurité ou à la demande de l’Assemblée générale, agissant en vertu de la résolution 377, des Nations unies. Ainsi, a-t-elle été envoyée dans plusieurs zones de conflits pour protéger la population civile ou encore servir de force d’interposition.

Les casques bleus sont présents en RDC depuis plusieurs décennnies et tentent de pacifier l’Est du pays, qui connaît des affrontements avec des groupes armés et des insurgés. Cependant, malgré sa présence, la Monusco est justement décriée par les groupes de pression de cette partie du pays, qui déplorent son inactivité face aux massacres perpétrés par les groupes armés.

À ce sujet, les mouvements citoyens entre autres la LUCHA, se sont mobilisés depuis plusieurs jours pour exiger le départ de la mission Onusienne dont ils jugent les actions inefficaces pour la population de ce coin du pays.

Carmel NDEO

- Publicité -

EN CONTINU