PUBLICITÉ

RDC : Les FARDC annoncent l’ultime stratégie pour mettre fin aux forces négatives

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo sont résolues à en finir avec les forces négatives internes et externes de la sous région. L’annonce vient du porte-parole des FARDC Kasonga Cibangu Léon-Richard, au travers un communiqué daté du 30 mars 2021, dont une copie est parvenue à Politico.cd.

« Les FARDC portent à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale que face à la menace que représentent les groupes armés locaux et externes, et conformément à la volonté politique exprimée par les Chefs d’Etat des pays de la sous-région, elles ont entrepris des contacts avec toutes les armées des pays voisins de manière à arrêter des stratégies approfondies pour résoudre une fois pour toutes l’épineuse question de l’insécurité dans la sous région, tel que le recommandent l’esprit et la lettre des accords d’Arusha« , lit-on.

Dans cette perspective, poursuit-il, les FARDC privilégient le renforcement de la coopération militaire, les concertations régulières entre les armées de la région ainsi que la mutualisation des efforts et de renseignement pour combattre avec efficacité et neutraliser de manière définitive tous les groupes armés notamment le mouvement terroriste ADF/MTM, les FDLR, les FNL et toutes les autres forces négatives externes et locales qui perturbent la paix dans notre sous-région. Pour les FARDC, les efforts ainsi conjugués par tout le monde visent l’intégration économique régionale dans un environnement sécurisé.

« Il est important de souligner que cette coopération qui existe déjà tant entre les FARDC et les Forces de Défense du Rwanda qu’entre les FARDC et les Forces de Défense de l’Ouganda ainsi qu’avec l’Angola et la République Centre Africaine, sera par ailleurs étendue dans un avenir proche à d’autres pays limitrophes dans la perspective d’éradiquer définitivement cette menace car la solution à ce problème doit être à la fois sous régionale, régionale et internationale« , renseigne le Service de communication et d’information (SCIFA) des FARDC.

Dans le même ordre d’idées, indique M. Kasonga Cibangu, les FARDC signalent que déjà en septembre 2019, des rencontres tenues à Goma entre les armées ougandaises, rwandaises, burundaises et tanzaniennes, en présence de la MONUSCO, de l’AFRICOM et de la CIRGL, avaient à l’unanimité magnifié la mutualisation des renseignements pour permettre à chaque pays concerné par le terrorisme transfrontalier de traquer tous les hors-la-loi, auteurs de l’insécurité dans la sous-région.

À en croire le SCIFA, c’est dans cette même dynamique que s’inscrit le souhait de la SADC, de l’AFRICOM, de l’Union Africaine et des Nations-Unies d’encourager les FARDC dans cette nouvelle approche en vue de mener avec succès les opérations d’éradication de la menace terroriste dans la sous-région.

« C’est cette logique qui a guidé aussi les travaux de la dernière rencontre organisée il y a quelques jours à Kinshasa au cours de laquelle non seulement la mutualisation de renseignement et efforts a été réaffirmée mais aussi l’approche globale proposée comme ultime stratégie susceptible de mettre un terme à la menace incarnée par les groupes terroristes internationaux et leurs forces supplétives locales« , conclut-il.

Hervé Pedro

- Publicité -

EN CONTINU