samedi, juillet 24, 2021
DRC
47,404
Personnes infectées
Updated on 24 July 2021 à 4:49 4 h 49 min
DRC
16,994
Personnes en soins
Updated on 24 July 2021 à 4:49 4 h 49 min
DRC
29,389
Personnes guéries
Updated on 24 July 2021 à 4:49 4 h 49 min
DRC
1,021
Personnes mortes
Updated on 24 July 2021 à 4:49 4 h 49 min

l'info en continu

Christian Lima d’amnistie internationale s’élève contre l’arrestation de Tshala Muana

- Publicité-

Du nombre des voix qui s’élèvent contre l’arrestation de Tshala Mwana se compte celle d’un de militants d’Amnistie internationale, à savoir Christian Lima Ngaba. Celui dénonce avec sa toute dernière énergie l’arrestation qu’il qualifie d’arbitraire, de l’artiste musicienne Tshala Muana par l’agence nationale des renseignements (ANR).

Ce dernier souligne que le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi avait promis le 22 décembre 2018 sur les ondes de la radio Top Congo que dès le premier jour qu’il serait élu, d’entamer la fermeture des cachots de l’ANR où des nombreux citoyens sont arbitrairement arrêtés. Cet activiste des droits humains constate que cela lui (Félix Tshisekedi) sert pour la continuité du régime de son prédécesseur Joseph Kabila.

- Publicité-

En outre, Christian Lima Ngaba souligne que l’Agence nationale de renseignement est dirigée par un administrateur général (AG), qui dépend directement de la Présidence de la République.

« Mais face à ce scénario, nous sommes outrés de revivre la continuité d’un régime dictatorial qui viole le respect des droits de l’homme sur le sol congolais », a-t-il signifié.

A cet effet, le militant d’Amnistie internationale invite la communauté internationale, les Nations Unies et l’Union Africaine à être témoins de la gravité des violations des droits de l’homme que le pouvoir en place reinstalle en République démocratique du Congo.

« J’appelle les autorités compétentes à engager la procédure de la libération immédiate et inconditionnelle de l’artiste musicienne Tshala Muana », a déclaré Christian Lima Ngaba militant d’Amnistie internationale.

Par ailleurs, il met en garde le pouvoir en place pour toute violation des droits de l’homme sur le sol congolais.

Hervé Pedro

- Publicité -

EN CONTINU