PUBLICITÉ

Union sacrée : le parti ABL soutient Félix Tshisekedi pour « élargir le consensus autour des questions vitales du pays »

Le message du président de la République à la nation, vendredi 23 octobre 2020, continue de susciter diverses réactions dans toutes les officines politiques, à propos de « l’union sacrée ».

Le sénateur James Bayukita, élu de la Tshopo, n’est pas resté aphone. Dans un message fait à Kinshasa lundi 26 octobre 2020 et parvenu à POLITICO.CD, ce digne fils de la Tshopo et cadre du parti politique ABL, adresse, dès l’abord, ses félicitations au Chef de l’État, dans sa décision de « consulter les forces politiques et sociales en vue d’élargir le consensus autour des questions vitales du pays ».

Bayukita révèle aussi que son parti ABL, Alliance des bâtisseurs libéraux, soutient la démarche constitutionnelle d’une « union sacrée » qui devra, selon lui, aboutir au rétablissement de certaines valeurs de gouvernance en République démocratique du Congo. »

«Le peuple congolais dans sa majorité silencieuse et dans lequel fait partie l’Alliance des bâtisseurs libéraux et tous ses membres se range dernière vous et reste déterminé à vous accompagner dans votre engagement renouvelé du respect de votre serment constitutionnel ainsi que celui du rôle de garant de la continuité de l’État et du bon fonctionnement des institutions », annonce-t-il à Félix Tshisekedi.

S’adressant à la nation, vendredi 23 octobre 2020, Félix Tshisekedi a souligné que, près de deux ans après son avènement au pouvoir, « les divergences persistent entre les parties signataires de l’accord et ces divergences plombent les espoirs pour le développement ».

 » Le peuple congolais n’accordera aucun pardon à ceux qui constituent des entraves au progrès. J’ai décidé d’entamer, dès la semaine prochaine, une série des contacts visant à consulter les acteurs politiques avec différents acteurs et ensembles représentatifs du pays pour créer une union sacrée de la nation. » a-t-il promis.

Et d’insister :

« Au terme des consultations que j’entame, je reviendrai vers vous pour vous faire part de mes conclusions qui n’excluront aucun cas de figure ».

Serge Sindani

- Publicité -

EN CONTINU