PUBLICITÉ

Dialogue politique RDC-UE: « Tous les secteurs et domaines d’intérêt commun ont été passés en revue » (Communiqué conjoint)

Conformément à l’article 8 de l’Accord de partenariat ACP-UE signé à Cotonou en 2000, il s’est tenu à Kinshasa, les 5 et 6 octobre 2020, la deuxième session du Dialogue Politique République Démocratique du Congo-Union Européenne (RDC-UE), après celle de 2009.

Ce Dialogue a connu la participation, d’une part, des Ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires de l’Union Européenne et de ses États membres présents en République Démocratique du Congo et d’autre part, des membres du Gouvernement et autres personnalités de la République démocratique du Congo.

L’ouverture du Dialogue a été faite par Monsieur Jean Baudouin MAYO MAMBEKE, Vice-Premier ministre, ministre du Budget, représentant personnel de Monsieur Sylvestre ILUNGA ILUNKAMBA, Premier ministre de la République démocratique du Congo, Chef du Gouvernement.

Le dialogue a été organisé autour des objectifs partagés en matière politique, économique, sociale et humanitaire qui unissent la République démocratique du Congo et l’Union Européenne à travers ses documents de référence, à savoir : le Programme de gouvernement, le Plan National Stratégique de Développement (2019-2023) et le Programme Multisectoriel d’Urgence d’Atténuation des Impacts de la Covid-19 en République démocratique du Congo.

« Tous les secteurs et domaines d’intérêt commun ont été passés en revue », dit le communiqué conjoint de la 2è session du Dialogue politique entre RDC et UE signé le 12 octobre à l’Hôtel du gouvernement par le ministre de la Coopération, Guillaume Manjolo, et l’ambassadeur de l’UE, JM chataigner, devant les ministres sectoriels et ambassadeurs.

Les parties ont insisté sur le caractère fondamental du renforcement de la lutte contre l’impunité à l’égard des auteurs des violations et atteintes aux droits de l’homme dans la recherche de la paix durable et l’application des lois nationales et droit international dans toute rigueur.

L’UE a réaffirmé son attachement à l’intégrité et souveraineté de la RDC. Elle a exprimé sa solidarité avec les populations qui continuent à être victimes des violences.

Les partenaires ont condamné les violations des droits de l’homme et l’activisme des groupes armés.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU