mercredi, octobre 20, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Leila Zerrougui estime « impensable de récompenser des gens qui ont pris les armes contre leur pays et leurs populations »

- Publicité-

Pour la cheffe de la mission onusienne en RDC, Leila Zerrougui, « la MONUSCO n’est pas partie prenante dans un processus qui débouche sur l’amnistie et l’intégration des groupes armés dans les FARDC ainsi que l’attribution des grades aux seigneurs de guerre. »

Cette déclaration a été faite mercredi 02 septembre 2020 au cours d’un point de presse qu’elle a tenu au Quartier générale de la mission onusienne.

- Publicité-

Elle estime que « c’est impensable de récompenser des gens qui ont pris les armes contre leur pays et leurs populations ».

« Moi, je passe mon temps pour dire qu’il ne faut pas les intégrer dans l’armée. Même quand ils déposent les armes, il ne faut pas accepter l’amnistie. Il faut se battre pour que ces gens demandent pardon et rendent compte. Ça fait 20 ans que ces gens survivent parce qu’ils sont récompensés. Il faut arrêter, l’État doit dire : vous avez pris les armes contre la République, vous n’avez rien à demander, vous demandez juste des excuses. On a été très claire, que si le processus mène à l’intégration dans l’armée ou à discuter des grades, la MONUSCO n’est pas concernée par ça », a affirmé Mme Leila Zerrougui.

Elle a fait remarquer que l’intégration des groupes armés au sein de l’armée régulière n’a pas mis fin à ce phénomène.

« Nous, nous avons dit que nous nous impliquons s’il y a intégration communautaire. Depuis combien de temps, on intègre des groupes armés ? Est-ce que ç’a réduit ce phénomène ? Au contraire, chaque année vous avez plus de groupes armés qui opèrent sur le terrain, parce que c’est devenu un business, c’est devenu une mode de promotion », a-t-elle déclaré dans des propos recueillis par la radio Okapi.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU