mercredi, octobre 20, 2021
DRC
57,269
Personnes infectées
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
5,250
Personnes en soins
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min
DRC
1,089
Personnes mortes
Updated on 14 October 2021 à 19:43 19 h 43 min

l'info en continu

Haut-katanga: Richard Muyej et Zoe Kabila se disent solidaires à Jacques Kyabula par rapport à ce qui se passe à Kasumbalesa

- Publicité-

Le gouverneur de la province du Lualaba, Richard Muyej Mangez, accompagné de Zoé Kabila du Tanganyika, ont eu, le vendredi 14 août, un entretien avec le gouverneur Jacques Kyabula.

À l’issue de cette visite de 2 heures au gouvernorat du Haut-Katanga, les gouverneurs Richard Muyej et Zoé Kabila se sont dit « solidaires » au gouverneur Jacques Kyabula, en rapport avec ce qui se passe au poste frontalier de Kasumbalesa investi par les militants de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

- Publicité-

Richard Muyej estime que demander au gouverneur Jacques Kyabula de régler seul le problème du poste frontalier de Kasumbalesa, sans y impliquer le gouvernement de Kinshasa, « c’est lui demander trop », a-t-il déclaré à la fin de leur échange qui est intervenu après la réunion de la 10ème session de la commission mixte défense avec la Zambie.

« Dans une petite réunion tenue avec le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde, nous sommes revenus sur cette question du poste douanier de Kasumbalesa et avions demandé au ministre de faire en sorte que le gouvernement prenne cette question en charge », a-t-il indiqué.

D’après le gouverneur Muyej, « c’est trop de demander au gouverneur d’aller dans cette complexité [Ndlr: ressourdre le problème du poste frontalier de Kasumbalesa- Bilanga et la partie piétonnière] ».

Par ailleurs, le gouverneur Richard a exhorté les uns et les autres, disant que « nous avons toujours prêché la paix, la sécurité et la cohabitation des communautés. Il faut qu’on nous évite ce spectacle de Kasumbalesa. Nous n’en avons pas besoin. Cela risque de gêner nos ambitions pour plus de paix, de convivialité de manière à bien mener le développement ».

Adrien AMBANENGO

- Publicité -

EN CONTINU