lundi, octobre 25, 2021
DRC
57,432
Personnes infectées
Updated on 25 October 2021 à 9:28 9 h 28 min
DRC
5,411
Personnes en soins
Updated on 25 October 2021 à 9:28 9 h 28 min
DRC
50,930
Personnes guéries
Updated on 25 October 2021 à 9:28 9 h 28 min
DRC
1,091
Personnes mortes
Updated on 25 October 2021 à 9:28 9 h 28 min

l'info en continu

Le Gouvernement de la RDC va rencontrer les sociétés minières et les acheteurs de cuivre et de cobalt pour débattre des dérogations à l’exportation de concentrés de cuivre

- Publicité-

Les sociétés minières et les acheteurs de cuivre et de cobalt ont été invités à une réunion à Kinshasa la semaine prochaine pour discuter de la possibilité de maintenir les dérogations à l’interdiction d’exportation qui doivent expirer en septembre, a déclaré jeudi le ministre des Mines, rapporte une dépêche de Reuters.

Le Congo, le plus grand producteur de cuivre d’Afrique, a interdit les exportations de concentrés de cuivre et de cobalt en 2013 afin d’encourager les mineurs à traiter et à raffiner le minerai à l’intérieur de ses frontières.

- Publicité-

Mais le pays ne dispose pas d’une capacité de fusion suffisante et a émis des dérogations à plusieurs reprises.

Une interdiction totale entraînerait une chute drastique des exportations de cuivre du Congo.

Elle porterait également un coup sévère à la Zambie voisine, qui traite le cuivre et le cobalt congolais.

« Il y a eu des dérogations pour certaines raisons. A chaque fois, nous analysons le dossier avec toutes les données techniques. Les demandes sont soumises avec les justifications », a déclaré à Reuters le ministre des mines Willy Kitobo.

Et de poursuivre:

« Ces sociétés minières et les transformateurs intéressés par l’achat de ces concentrés ont été invités à Kinshasa le 20 août pour voir ce qui peut être fait ».

En janvier, la société minière d’État chinoise CNMC 1258.HK a lancé la première grande fonderie du Congo, la Lualaba Copper Smelter (LCS).

La joint-venture gouvernementale est capable de traiter 400 000 tonnes de concentré de cuivre et de produire environ 120 000 tonnes de cuivre blister par an.

Mais même à pleine capacité, la LCS ne peut pas traiter toute la production de cuivre du Congo. Le Congo a produit 765 000 tonnes de concentré de cuivre rien qu’au cours du premier semestre de l’année, a déclaré la banque centrale, soit une hausse de 13,4 % par rapport à l’année précédente.

« Notre première hypothèse est qu’ils vont remplir la capacité de Lualaba et ensuite émettre des dérogations pour le reste », a déclaré Indigo Ellis, responsable de la recherche sur l’Afrique chez Verisk Maplecroft, une société d’analyse des risques.

« Mais ce n’est pas une option durable, le préjudice que cela causera à l’industrie et à l’environnement d’investissement est négatif ».

Le président de la Chambre des mines du Congo, Louis Watum, a déclaré selon Reuters qu’il comprenait que le gouvernement voulait stimuler la valorisation dans le pays, en raison des revenus qu’elle génère, mais a déclaré que la plupart des sociétés minières ne peuvent pas fondre au Congo en raison d’une alimentation électrique insuffisante.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU