l'info en continu

« Ça ne sera pas facile d’organiser, en RDC, des élections qui mettent tout le monde d’accord » (Denis Kadima, candidat président CENI)

- Publicité-

Invité ce lundi 27 juillet du Magazine FACE-À-FACE sur TOP CONGO FM, Denis Kadima, CEO de l’Institut électoral pour une démocratie stable en Afrique (IESA) et candidat président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), reconnait que « ça ne sera pas facile » d’organiser, en RDC, des élections qui mettent tout le monde d’accord. 

« Je ne suis pas naïf,  mais c’est des choses qui peuvent se faire », dit-t-il.

- Publicité-

« Quand nous parlons élections crédibles, transparentes, inclusives, participatives, apaisées, ce n’est pas un slogan. Il y a des choses qu’il faut faire pour en arriver là, (ces choses) n’ont pas suffisamment été faites au Congo », a souligné Denis Kadima.

Toutefois, ce candidat à la présidence de la CENI estime qu’il peut changer beaucoup de choses grâce a son expérience.

« Je compte organiser des élections où tout le monde sera content », a affirmé Denis Kadima, CEO de l’Institut électoral pour une démocratie stable en Afrique (IESA).

Il révèle aussi que « je le fais ailleurs, je peux le faire ici. J’ai travaillé pour les Nations-Unies dans les grandes élections ou référendums comme au Soudan ou Tunisie. J’ai participé à plus de 80 processus électoraux et politiques. Le référendum que j’ai fait organiser au Soudan a été plébiscité, en ce moment là, par les Nations-Unies comme leur meilleur processus ».

C’est pourquoi Denis Kadima dit que le moment était venu de revenir dans son pays et d’apporter sa pierre de contribution, étant donné les ratés qu’il y a eu dans les dernières élections (2018).

« On peut même commencer en 2006 où on a connu presqu’une guerre civile et puis en 2011, il y avait aussi des élections chaotiques », rappelle-t-il.

L’entérinement de la candidature de Ronsard Malonda comme candidat président de la CENI ayant suscité des vives controverses, un nouveau processus de désignation a été amorcé après le refus de Félix Tshisekedi d’approuver la candidature de l’actuel secrétaire exécutif de la centrale électorale.

Thierry Mfundu

- Publicité -

2 Commentaires

  1. Je suis de Lamuka, qu’on laisse ce monsieur prouver de quoi il est capable. On peut seulement lui adjoindre; un représentant du Cash, un représentant du Fcc, un représentant de Lamuka, un représentant des indépendants et un représentant de la Société civile.

Comments are closed.

PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU

%d blogueurs aiment cette page :