l'info en continu

Relance de la CINAT SA : Julien Paluku obtient un décaissement de 81.840 USD pour le recrutement d’un cabinet d’audit

- Publicité-

Proposition de relance de la production du ciment de la Cimenterie Nationale « CINAT SA » a été traité au cours de la 40e réunion du conseil des ministres tenue ce vendredi 18 juillet 2020.

Le ministre de l’industrie, Julien Paluku a fait l’état des lieux de cette Société d’économie mixte, à caractère industriel et commercial, créée en 1970, ayant pour objet la fabrication et la commercialisation du ciment et de ses produits connexes à en croire le compte rendu di conseil.

- Publicité-

Le ministre de l’industrie a indiqué que cette usine qui est à l’arrêt depuis 2011 nécessite une réhabilitation complète. Sa capacité de production est de plus ou moins 1.000 tonnes de ciment par jour, soit 20.400 sacs de ciment de 50kgs par jour.

L’Etat congolais y détient 91,7% des parts, les autres étant détenues par des privés. A l’origine sa capacité de production était de 300.000 tonnes de ciment par an. Le siège d’exploitation est situé à Kimpese (Kongo-Central) tandis que le siège social se trouve à Kinshasa.
Julien Paluku ajoute aussi que Cette Société a connu des difficultés de tous ordres (administratifs, juridiques, techniques, fonciers,…).

Le ministre de l’industrie révèle que le total de son endettement est de plus ou moins 64.267.078,73 $USD (Soixante Quatre Millions, Deux Cents Soixante Sept Mille Septante Huit et Septante Trois cents dollars américains), hors la situation de son partenariat avec CODER, une société privé détenant 40% des parts de la société.

En vue de la relance de la production de cette société, le Ministre a fait des propositions, allant du recrutement d’un Cabinet d’audit devant faire l’état des lieux et dégager la valeur de l’Usine, en passant par celles de la réhabilitation partielle ou totale de l’Usine.

Quelle que soit l’option à choisir, le recrutement du Cabinet d’audit apparaît comme un préalable.
Le coût y relatif est estimé à $ USD 81.840. Le Ministre de l’Industrie a sollicité le décaissement de cette somme, l’octroi des exonérations pour les intrants et pièces de rechange.
Après débats et délibération, le Conseil des Ministres a adopté le projet et autorisé le décaissement de ladite somme pour l’audit technique.

Merveilles Kiro

- Publicité -
PUBLICITÉspot_img

EN CONTINU