PUBLICITÉ

RDC : chek-Up de tout le personnel de la Présidence couplé aux tests de COVID-19

La présidence de la République démocratique du Congo procède, depuis lundi 1er juin 2020, au check-up de tout son personnel doublé aux test de COVID-19
suite aux décès inopinées qui y sont observées.

Le Coronavirus est soupçonné d’être la première cause de ces décès.

Cette opération est conduite par le professeur Désiré Cashmir Eberande Kolongele et le docteur Kamba, respectivement directeur de cabinet ad intérim et conseiller spécial du Chef de l’État en charge de la couverture et santé universelle.

Elle se déroule aux cliniques de la Cité de l’Union Africaine, en collaboration avec l’Institut national de recherche biomédicale (INRB).

Le check-up est effectué à la suite d’une rumeur persistante faisant état d’un empoisonnement massif du personnel de la présidence de la République en RDC.

La rumeur a été pourtant balayée d’un revers de la main par le porte-parole du président Félix Tshisekedi, Kasongo Mwema Yamba Yamba, à la radio Top Congo, la semaine dernière.

« Personnellement, je ne saurais pas parler de poison pour la simple et bonne raison qu’aucune preuve scientifique n’a pu être donnée », a-t-il rassuré.

Et d’ajouter :

« S’il y a des preuves scientifiques qui montrent qu’effectivement telle personne est décédée, non pas de maladie naturelle mais parce qu’elle aurait ingurgité des substances toxiques, là effectivement on peut parler d’empoisonnement. S’il y avait le moindre doute que, pour telle personne, il y a eu peut-être autre chose, je vous en aurai parlé. Là, je ne sais pas vous dire si c’était Covid-19 ou poisson. Toutefois, si c’était poison, on aurait quand même pu, scientifiquement, montrer que telle personne a succombé parce qu’il a avalé ou consommé une substance toxique ».

Tout compte fait,  » actuellement, je ne veux pas rentrer dans les détails », s’est-il réservé, en signalant, toutefois, qu' »il y a des structures à la présidence de la République qui gèrent tout ce qui se passe ».

« Les personnes, qui déclarent ou présentent un certain nombre de symptômes, sont prises en charge par une structure à la présidence de la République. Pour l’instant, aucune enquête ni autopsie n’a été réalisée », a dit le porte-parole du Chef de l’État.

Il a avoué n’avoir  » pas entendu parler d’autopsie sur tous les décès enregistrés dans le cabinet du Chef de l’État « .

« Je ne sais pas si les autopsies ont été réalisées. La première autopsie, dont je viens d’entendre parler, c’est celle qui aurait été (pratiquée sur la dépouille) du juge Yanyi (du procès Vital Kamerhe). qui aurait été faite. Mais, je n’en ai pas la preuve », a-t-il conclu.

Thierry Mfundu

- Publicité -

EN CONTINU