Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider

vendredi, juin 5, 2020
DRC
3,644
Personnes infectées
Updated on 5 June 2020 à 8:32 8 h 32 min
DRC
3,071
Personnes en soins
Updated on 5 June 2020 à 8:32 8 h 32 min
DRC
495
Personnes guéries
Updated on 5 June 2020 à 8:32 8 h 32 min
DRC
78
Personnes mortes
Updated on 5 June 2020 à 8:32 8 h 32 min

l'info en continu

Royaume-Uni: une Congolaise meurt de crachats d’un malade atteint de COVID-19

Un cheminot britannique est décédé de Coronavirus après avoir été atteint par des crachats contaminés pendant qu’il était en service, rapporte The Guardian dans son édition du 12 mai 2020.

- Publicité-

Belly Mujinga, une employée de la billetterie ferroviaire, est décédée au mois d’avril 2020.

La famille et les amis d’un employé de la billetterie ferroviaire, décédé de Coronavirus après avoir été atteint par des n crachats contaminés de Coronavirus pendant qu’il était en service. disent que l’incident soulève de graves questions pour son employeur.

Belly Mujinga, 47 ans, travaillait dans le hall de la gare Victoria, dans le centre de Londres, le matin du 22 mars 2020, lorsqu’un homme qui a dit avoir le COVID-19, a craché et toussé contre elle et un collègue.

Quelques jours après l’agression, les deux femmes sont tombées malades du virus.

Mujinga, la mère d’une fille de 11 ans, Ingrid, a été admise à l’hôpital général de Barnet et a mis un ventilateur.
Mais, elle est décédée le 5 avril 2020.

Sa cousine Agnès et une collègue, qui a été témoin de l’incident, ont déclaré que Mujinga avait plaidé contre le fait de travailler à l’extérieur de la protection de la billetterie sans EPI.

Ils ont allégué que ses employeurs, Govia Thameslink, savaient qu’elle avait des problèmes respiratoires mais ont néanmoins insisté pour qu’elle travaille dans le hall et interagisse avec les passagers.

Ils ont affirmé qu’elle avait également été renvoyée au travail dans le hall après l’incident des crachats, malgré des tremblements physiques à cause du traumatisme de ce qui s’était passé.

Un collègue, qui a été témoin de l’incident, a déclaré: «Nous avons supplié de ne pas sortir. Nous avons dit: «Nos vies sont en danger ».

Mais, a-t-elle révélé, on leur a dit qu’ils devaient sortir.

« On nous a dit que nous ne sommes même pas autorisés à mettre des masques », a ajouté le collègue.

«Govia s’est comporté de façon imprudente et négligente. Ils ont manqué à leur devoir de diligence. Nous sommes traités comme des robots ».

Agnès a déclaré:

«Elle n’aurait pas dû être envoyée sans EPI. Nous voulons justice pour Belly. Ils doivent trouver la personne qui l’a fait. Et l’entreprise devrait indemniser la famille; sa fille n’a plus de mère. Ils devraient protéger ceux qui restent ».

Angie Doll, directeur général de Southern Railway et Gatwick Express, qui appartient à Govia, a déclaré:

«Nous prenons toutes les allégations très au sérieux et nous enquêtons sur ces allégations. La sécurité de nos clients et de notre personnel, qui sont eux-mêmes des travailleurs clés, continue d’être une préoccupation constante et nous suivons les derniers conseils du gouvernement. Nous exhortons les gens à voyager uniquement si cela est absolument essentiel ».

Une porte-parole de Govia a déclaré que l’avis officiel du gouvernement, au moment de l’incident, était que «l’EPI pour notre personnel n’était pas requis ».

Elle a ajouté:

«Nous avons régulièrement informé nos employés de continuer à se laver les mains et de se distancier socialement autant que possible pendant le travail ».

Downing Street a condamné l’incident. Un porte-parole de Boris Johnson a déclaré:

«Il est méprisable qu’un travailleur clé soit attaqué de cette manière alors qu’il sert le public voyageur. Nos pensées vont à la famille de Mme Mujinga en ce moment terrible ».

Le syndicat TSSA a signalé l’incident à l’inspection des chemins de fer, le bras de sécurité de l’Office des chemins de fer et des routes, pour enquête et demande des conseils juridiques.

Le secrétaire général de la TSSA, Manuel Cortes, a déclaré:

« Nous sommes choqués et dévastés par la mort de Belly. Elle fait partie des trop nombreux travailleurs de première ligne qui ont perdu la vie à cause du Coronavirus. Le secrétaire à la santé, Matt Hancock, a récemment annoncé que 60 000 £ seraient versées aux survivants des personnels de santé et de soins qui décèdent des suites de la pandémie. Nous pensons que cette compensation devrait être étendue aux familles de tous les travailleurs de première ligne qui périssent en essayant de maintenir notre pays et nos services vitaux ».

«Malheureusement, Belly’s n’est que l’une des nombreuses tragédies familiales où les enfants se sont vu retirer leurs parents. Cependant, il y a de sérieuses questions sur sa mort; ce n’était pas inévitable ».

« En tant que personne vulnérable dans la catégorie« à risque » et que son état est connu de son employeur, on se demande pourquoi elle n’a pas quitté ses fonctions de première ligne au début de cette pandémie ».

«Plutôt que de parler d’assouplir le verrouillage, le gouvernement doit d’abord s’assurer que les bonnes précautions et protections ont été prises afin de ne pas perdre plus de vies ».

Thierry Mfundu

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU

COVID-19: La BAD accorde une somme de 13,55 millions USD pour soutenir la CEMAC dont 1,22 à la RDC

Le Conseil d'administration de la BAD a accordé mardi une somme de 13,55 millions USD en vue de soutenir les pays membres...

Dossier 100 jours: la cause pour plaidoirie est renvoyée au jeudi 11 juin prochain

Après avoir été éclairé suite aux interventions des différents renseignants et les témoins ce jeudi 04 juin, le président du tribunal de...

Peter Kazadi: « Je n’ai pas été associé à ce programme »

Entendu comme témoin au cours de ce procès de 100 jours, le député provincial Peter Kazadi affirme n'avoir pas été associé à...

Covid-19: l’OMS va reprendre ses essais sur l’hydroxychloroquine

Les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine pour traiter la covid-19 vont bientôt reprendre. C'est ce qu'a affirmé l'Organisation Mondiale de...

Molendo Sakombi: « j’avais déjà fait un arrêté interdisant toute construction et morcellement des terrains là bas…J’ai donc finalement autorisé »

Invité au tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe dans le procès de 100 jours comme renseignant, Ministre des affaires foncières, Molendo Sakombi,...