Chers lecteurs,

Nous avons besoin de votre contribution. Avec 1 dollar ou plus, vous pouvez nous aider à garder notre journalisme à l’abri de toute influence et contribuer ainsi à améliorer la qualité de l'information en RDC.

lundi, juin 1, 2020
DRC
3,070
Personnes infectées
Updated on 1 June 2020 à 6:27 6 h 27 min
DRC
2,550
Personnes en soins
Updated on 1 June 2020 à 6:27 6 h 27 min
DRC
448
Personnes guéries
Updated on 1 June 2020 à 6:27 6 h 27 min
DRC
72
Personnes mortes
Updated on 1 June 2020 à 6:27 6 h 27 min

l'info en continu

Des organisations des droits de l’homme se constituent en partie civile contre Semlex dans l’affaire passeports biomériques

Plusieurs organisations de droit de l’homme dont FIDH, LDH, UNIS et 51 détenteurs de passeports congolais se sont portés partie civile dans une procédure ouverte en 2017 en Belgique sur des suspicions de corruption de Semlex qui fabrique le passeport congolais vendu officiellement à 185 dollars.

- Publicité-

La Fédération Internationale pour les Droits Humains, la Ligue des droits humains (Belgique) et UNIS (Réseau Panafricain de Lutte contre la Corruption) se sont constituées parties civiles le 8 mai 2020 dans l’enquête pénale que la Belgique mène depuis 2017 dans le cadre de l’ « affaire Semlex ».

51 victimes congolaises se sont également constituées partie civile dans le cadre de la campagne Le Congo n’est pas à vendre.

La société belge « Semlex » est sous enquête pour le contrat conclu avec la République Démocratique du Congo pour la fabrication de passeports biométriques. Selon Reuters, l’enquête porterait sur des soupçons de corruption et de blanchiment d’argent.

Depuis le 10 janvier 2019 , les organisations non-gouvernementales peuvent désormais déposer plainte en Belgique dans des affaires qui ont trait à la violation des droits humains.

« Par le dépôt de ces plaintes pénales avec l’appui d’ONG, les victimes congolaises deviennent enfin actrices de ce dossier emblématique. Elles pourront demander un accès au dossier et solliciter des devoirs d’enquêtes complémentaires. Loin d’avoir une simple portée symbolique, il s’agit d’une vraie plus-value, pouvant permettre d’aboutir enfin à la condamnation d’une entreprise suspectée d’offrir des pots de vin pour obtenir de juteux contrats, au détriment des citoyens congolais » remarque Paul Nsapu, Vice Président de la FIDH.

Selon l’agence de presse Reuters, Semlex avait négocié le contrat pour les passeports avec l’ex-Président Kabila et certains de ses plus proches collaborateurs en 2014-2015. Lors des négociations à Dubaï et à Kinshasa, le prix unitaire du passeport était passé de 21,5 $US à 185 $US.

Selon les contrats auxquels ont pu accéder nos organisations, pour chaque passeport acheté, 60 $US doivent être reversés à une société écran, LRPS, enregistrée dans les Emirats Arabes Unis. Selon Reuters, LRPS appartiendrait à Makie Wangoi Makolo, membre de l’ancienne famille présidentielle.

Depuis l’entrée en vigueur du contrat entre Semlex et le gouvernement congolais, cette société écran pourrait avoir perçu plus de 35 millions de US$.

Jean Jacques Lumumba ajoute : « Le montant de 60 $US correspond au salaire moyen d’un fonctionnaire congolais. Cet argent aurait dû rester dans la poche des acheteurs de passeports ! »

La justice belge a ouvert une enquête en 2017 et fait une perquisition au bureau de Semlex en Janvier 2018. Depuis lors, aucune nouvelle n’a été communiquée par le Parquet fédéral sur la progression de l’enquête.

De manière plus générale, le Comité des Droits Économiques, Sociaux et Culturels de l’ONU a observé en mars de cette année qu’il manque en Belgique « un système de plainte efficace (…) pour les victimes de violations de droits humains commises par les entreprises ». De même, l’Organisation de Coopération et de Développement Économique s’inquiète depuis des années du manque flagrant de ressources allouées par la Belgique au système judiciaire pour le traitement de dossiers liés à la corruption d’agents publics étrangers.

Ainsi, « si les pratiques de corruption à l’étranger sont punissables selon la loi belge depuis plus d’une décennie, aucune entreprise belge ne s’est vue condamnée à notre connaissance jusqu’à ce jour » remarque Olivia Venet, Présidente de la Ligue des droits humains (Belgique).

Thierry Mfundu

- Publicité -

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EN CONTINU

RDC :Des morts à la présidence, le porte-parole du président dit qu’il y n’a « aucune preuve de mort par empoisonnement »

Depuis quelques jours la présidence enregistre des morts qui suscitent des réactions selon lesquelles ces personnes mourraient d’empoisonnement d’empoisonnement.

Coronavirus: l’OMS et ses partenaires appuient de nouveau la RDC en équipements pour renforcer la riposte

Dans un communiqué de presse parvenu à POLITICO.CD, l'OMS, Organisation mondiale de la santé grâce à un appui généreux d’ECHO et de...

Bas-Uelé/SOS: Une présumée coalition « Mbororo-LRA » fait loi à Bondo, des pillages et Kidnapping aux environs de Bili

Depuis un temps les rebelles de la LRA, Armée de la Résistance du Seigneur, ont refait surface dans certaines localités du territoire...

L’UNC dénonce les critiques tendancieuses dirigées contre Kamerhe et ses avocats à la suite de la mort inopinée du Juge Raphael YANYI

L'Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe dénonce les critiques "tendancieuses" dirigées contre son président national et ses avocats à...

Le Gouverneur du Sud ubangi reçoit un lot des kits de prévention contre la covid-19

Le Gouverneur Jean-Claude Mabenze du Sud ubangi a réceptionné des kits de prévention et contrôle de la Pandémie de la Covid 19...