Dans une interview accordée au journal belge Le Soir, l’ambassadeur des États-Unis en RDC Michael Hammer revient sur les élections qui se sont déroulées en RDC en décembre 2018 et son impact sur le cours politique actuel.

Pour lui, ces élections ont été l’occasion pour le peuple congolais de voter pour le changement porté à ce jour par Félix Tshisekedi. “On a vu clairement que les congolais ont voté pour le changement et la fin du règne de Kabila. Et c’est ce qu’il s’est passé : Kabila est parti de manière pacifique, le changement est arrivé avec Tshisekedi“, a expliqué l’ambassadeur des USA en RDC.

Ce changement a-t-il poursuivi, s’observe notamment à travers “l’ouverture de l’espace politique et le retour au pays des opposants comme Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba ; et les responsables de Filimbi“.

Mais ce qui intéresse plus les États-Unis dans le mandat que porte Félix Tshisekedi, ” c’est son agenda politique et les priorités qu’il s’est fixées dont la lutte contre la corruption, tenter de mettre fin à l’impunité en essayant d’attirer des investisseurs étrangers. Pour nous, cela prouve que le nouveau président s’intéresse vraiment à la situation de la population congolaise “, a renchéri Michael Hammer.

À l’aube de la publication des résultats de l’élection présidentielle par la CENI, les USA ont été le premier pays du bloc transatlantique à reconnaitre la victoire de Félix Tshisekedi contestée par son concurrent Martin Fayulu et l’église catholique, alors que ses partenaires de l’Union européenne avec en tête la Belgique, ont fortement contesté cette élection, soutenant que Martin Fayulu a été le vainqueur.

Bien que les USA appuient toujours la politique de Félix Tshisekedi, Michael Hammer s’est rendu en Belgique pour coordonner la politique d’appuyer le régime Tshisekedi, estimant que “l’avis des belges compte beaucoup”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *