Des officiers supérieurs d’au moins cinq pays africains des Grands Lacs participent à une réunion dans la ville congolaise de Goma, qui devrait élaborer un plan commun visant à mettre en échec les groupes de milices basés en RDC.

Les groupes armés regroupent une myriade de milices originaires des pays voisins de la RDC, dont le Rwanda, et certaines d’entre elles ont récemment effectué des incursions meurtrières dans le pays.

Des sources ont indiqué que des officiers supérieurs de la RDC, du Rwanda, de l’Ouganda, du Burundi et de la Tanzanie discutaient depuis jeudi de la possibilité de créer une force de coalition pour éradiquer les groupes armés étrangers et congolais dans l’est de la RDC.

Selon des médias rwandais, le général de brigade Vincent Nyakarundi, chef des renseignements de la défense, dirigeait la délégation de Kigali présente à Goma. Le porte-parole des forces armées congolaises, le général Leon-Richard Kasonga affirme que la réunion, qui se tient vendredi, “vise à conclure notre réflexion stratégique sur le partage de nos efforts pour que la paix devienne une réalité”.

Le président Félix Tshisekedi a fait savoir qu’il était déterminé à résoudre les problèmes qui ralentissaient le développement de la RDC, y compris la guerre et l’insécurité, en particulier l’Est du pays.

Depuis plusieurs semaines, des documents sont diffusés sur internet, annonçant une opération militaire conjointe entre l’armée congolaise et celles du rwanda et de l’ouganda. Cette situation a provoqué une vive polémique dans le pays, jadis agressé par les ses deux voisins.

Par ailleurs, la situation entre le Rwanda et l’Ouganda n’est pas au bon fixe. Kigali accuse Kampala de soutenir et de soutenir des groupes hostiles au Rwanda, notamment le RNC et le FLDR. Un rapport de l’ONU publié en décembre 2018 a confirmé que l’Ouganda était en effet une source majeure de recrues pour les troupes rebelles rwandaises basées dans l’est de la RD Congo.