Décédé ce matin à Singapour à l’âge de 95 ans, l’ancien président du Zimbabwe, Robert Mugabe, ne cesse de recevoir des hommages de toute l’afrique et du monde.

Le dernier hommage vient de l’ancien président de la RDC et sénateur à vie Joseph Kabila.

Ce dernier a rendu hommage à celui qu’il considére comme un digne fils de l’Afrique qui a secouru la RDC alors victime d’une agression extérieure.

«Nous garderons à jamais le souvenir d’un digne Fils de l’Afrique, qui a volé au secours de notre pays, alors victime d’une agression extérieure » a déclaré Joseph Kabila.

Il a reconnu le combat mené par cet africaniste en faveur de l’indépendance de certains pays africains.

« Le continent tout entier vient de perdre l’un des grands panafricanistes, de la lignée des héros de la lutte pour l’indépendance» a-t-il ajouté.

L’annonce de son décès a été rendu public par la présidence de son pays. 

Obligé à quitter le pouvoir en 2015, Robert Mugabe a soutenu la RDC entre 1998 et 2002 en envoyant des troupes armés alors que le pays était en proie aux rebellions du MLC, du RCD/Goma, RCD/KML et RCD/N.

Qui est Robert Mugabe ?

Robert Mugabe, né le 21 février 1924 à Kutama en
Rhodésie du Sud (actuel Zimbabwe ), et mort le 6 septembre 2019 à Singapour , est un homme d’État zimbabwéen, Premier ministre de 1980 à 1987 et
président de la République de 1987 à 2017.

D’obédience marxiste , il participe à la fondation de l’ Union nationale africaine du Zimbabwe (ZANU) et mène une guérilla contre le gouvernement d’ Ian Smith en Rhodésie du Sud, ce qui fait de lui un des « pères de l’indépendance » du pays, qui devient le Zimbabwe. Après être devenu Premier ministre du pays, il en accède sept ans plus tard à la présidence, instaurant un régime présidentiel .

Cette fonction lui permet de continuer à assurer l’essentiel du pouvoir, auparavant détenu par le chef du gouvernement. Son engagement anticolonialiste assure sa popularité auprès d’une partie de sa population et du continent africain. Cependant, il est accusé de faire reculer les libertés individuelles et de favoriser le racisme antiblanc , notamment par une politique de confiscation de terres et d’expulsions.

Au niveau économique, sa présidence est marquée par une explosion du taux de chômage, par une
hyperinflation , par des famines et par la décision de pays occidentaux d’imposer au Zimbabwe des sanctions économiques.

Fin 2017, alors qu’il dirige de facto le pays depuis 37 ans et qu’il est le plus âgé des chefs d’État en exercice dans le monde, il est victime d’un coup d’État qui conduit le Parlement à engager une procédure de destitution à son encontre.

Il démissionne alors de la présidence du Zimbabwe.
Il meurt près de deux ans plus tard, en 2019, à l’âge de 95 ans à Singapour.

Thierry Mfundu

1 comment

  1. Homme d’actions, et de ce fait auteur d’erreurs, Robert Mugabe doit cependant rester, pour nous les R D Congolais, l’homme d’Etat qui en envoyant 10’000 soldats de son pays chez nous, a sauvé notre nation d’une dislocation que certaines puissances extra-africaines (USA et Grande-Bretagne notamment) aidaient les régimes autocratiques de Paul Kagame au Rwanda et Yoweri Kaguta alias Museveni en Ouganda à exécuter.

    À l’instar de Mouammar Kadhafi qui fut un dictateur en politique intérieur, mais un Panafricain généreux, Robert Mugabe a mal fini au plan intérieur mais a sauvé les grands équilibres dont l’Afrique a besoin en sauvant l’unité de ce pays faible mais important qu’est la RDC.

    Les interventionnistes d’Occident qui lui reprochaient d’être intervenu militairement l’on de ses frontières nationales (ce qui est pourtant leur manière habituelle d’agir), ont ainsi de sa part une leçon de la géopolitique intra-africaine en train de naître.

    Laissons donc à l’Histoire le temps de déterminer les ombres et les lumières de la personne et des actions de Robert Mugabe! Cette vie a été épique, et en ce sens ce fut un Grand Homme, et en plus d’une intelligence et d’humour captivants!

Comments are closed.