Face à la recrudescence de la violence dans la province de l’Ituri, particulièrement le territoire de Djugu, les opérations de distribution d’outils agricoles par les humanitaires ont été suspendues par les autorités provinciales de la province de l’Ituri.

La raison évoquée par cette décision est le fait que les miliciens peuvent recourir aux haches et machettes distribuées par les humanitaires pour s’attaquer aux populations civiles et aux FARDC.

C’est par une décision prise au cours du conseil des ministres tenue ce vendredi 26 juillet à Bunia par Jean Bamanisa, le Gouverneur de province. “La présence de ces outils est nature à créer la psychose dans le chef de la population locale,” a déclaré le porte-parole du gouvernement provincial de l’Ituri, Janvier Egudra.

Le Gouverneur a instruit le ministre provincial de l’agriculture pour « initier des démarches auprès du PAM dans le sens de conserver encore ces intrants jusqu’à la stabilisation psychologique de la population », a indiqué Janvier Egudra.

Notons qu’un lot important de ces intrants agricoles est stocké dans les entrepôts des humanitaires notamment de PAM en attente d’être distribué aux villageois.

Le mercredi 17 juillet 2017, cinq personnes avaient été décapitées dans leurs champs par des hommes armés non identifiés.

Les faits se sont passés au village de Soloya 2 vers Mwanga à une dizaine de kilomètres de Bunia. 
Ce jour-là, huit personnes, dont six membres d’une même famille, travaillaient dans leurs champs à Mwanga lorsque des hommes munis d’armes blanches avaient surgi et avaient commencé à les découper à la machette, avait signalé la radio okapi.

Thierry Mfundu