Après un énième report, la CENI a finalement fixé l’élection du gouverneur et vice-gouverneur du Sankuru au 20 juillet prochain mais est il que Lambert Mende, un des candidats à la course au gouvernorat refuse de competir avec son challenger qu’il accuse d’être un étranger.

“Je ne suis pas candidat unique. Je suis le seul candidat éligible juridiquement. Je suis souverainiste et nationaliste », a affirme Lambert Mende ce vendredi 12 juillet sur TOP CONGO FM.

Lambert Mende insiste sur le fait que Stéphane Mukumadi n’est pas éligible du fait de sa nationalité étrangère.”Lorsqu’on détient une nationalité étrangère, au moment où on veut competir à une fonction qui exclut les étrangers, il y une procédure de recouvrement de la nationalité qui est constatée par un arrêté ministériel, que ce Monsieur [Stéphane Mukamadi] n’a jamais obtenu. Il ne remplit pas les conditions de nationalité au regard de notre loi,” a-t-il martelé.

L’ancien ministre de la Communication du regime Kabila pretend que Stephane Mukumadi est détenteur d’une nationalité française. “Il vit au Congo sur pied de visa d’établissement délivré par la Direction Générale des Migrations (DGM) que nous, congolais, ne demandons jamais.

La Cour d’appel de Sankuru, qui a pu, sur commission rogatoire, recevoir le dossier de ce monsieur a pu mettre à jour ce visa d’établissement permanent,” a-t-il affirmé.

Pour ce, Il pointe du doigt la CENI d’avoir violer toutes les conditions légales pour la bonne tenue des élections au Sankuru.

C’est pourquoi selon lui, il a fait recourt à la cour constitutionnelle et “Tant qu’on aura pas remis les choses en ordre, j’estime, comme citoyen de ce pays, de ne pas aller à une élection en compétition avec un ressortissant étranger,” a-t-il indiqué.

Et pourtant Stéphane Mukumadi a été réhabilité par le Conseil d’État qui s’est prononcé pour que le candidat gouverneur Stéphane Mukumadi revienne à la course.
À cela, Lambert Mende conteste le défaut de qualité au conseil d’État.

“Cette institution n’a ni titre ni qualité pour statuer et siéger sur ces contentieux des candidatures, selon l’article 27 alinéa 5 de la loi électorale,” a-t-il déclaré.
Et de poursuivre: “quand la Cour d’appel se prononce sur un contentieux de listes, elle le fait en premier et en dernier ressort. Et c’est sans recours. Donc, c’est tout à fait arbitrairement que le Conseil d’État s’est déclaré compétent alors que Les compétences sont d’attribution. Il n’appartient pas à un juge de se donner les compétences. C’est le législateur qui les lui donne”.
S’agissant des accusations portées sur lui par Guillaume Chartrain, premier conseiller de la délégation de l’UE en RDC qui a déclaré mercredi 10 juillet que Lambert Mende fait obstacle à la tenue d’élection au Sankuru, le président de CCU et alliés trouve ces propos sidérant et scandaleux.
“C’est sidérant, scandaleux et ahurissant qu’un diplomate étranger puisse se mêler d’une question, aussi domestique que celle-là, qui concerne les élections dans un pays comme la RDC, en voulant obliger les citoyens congolais” de competir avec des étrangers, affirme Lambert Mende.
Il se dit s’inscrire en faux contre les propos du représentant adjoint de l’Union européenne en RDC qui « veut que cet européen prenne possession du pouvoir de gestion d’une province congolaise ».

Sur la question de savoir s’il a peur de la popularité de Stéphane Mukumadi dans la province de Sankuru, le député national du Sankuru rappelle que « je suis le meilleur élu de cette province dans une élection directe, beaucoup plus compliquée que celle-ci. Pourquoi aurai-je peur d’une élection indirecte?,” a-t-il conclu.

Thierry Mfundu