L’ancien gouverneur du Kasaï et membre du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie Denis Kambayi a au cours d’une conférence de presse exprimé ses inquiétudes sur le caractère tribal qui fait son intrusion dans des grands partis politiques de la RDC, pourtant des partis nationaux, représentés par plusieurs ethnies.

A commencer par le parti présidentiel Union pour la Démocratie et le Progrès Social, où tous les maux de ces partis sont rejetés sur l’ethnie Luba. Le Président de l’association culturelle Grand-Kasaï a tenu a rappelé que ce parti dès ses origines a été créé par des personnes issues des différentes zones linguistiques et géographiques.

« Il ne faut pas ramener des questions politiques sur des questions des communautés : vouloir faire circuler un discours à Kinshasa que l’UDPS, c’est l’affaire des Balubas. Non! L’UDPS est un parti national. Le directoire de l’UDPS (Ndlr : à sa création) était composé d’Étienne Tshisekedi (Kasaï), papa Mbuakeme (Bandundu), Luhayu (Équateur), Kibasa (Katanga). Comment on peut dire (Ndlr : aujourd’hui) que c’est un parti des Balubas ? », s’est interrogé le président de Grand-Kasaï.

C’est donc une très mauvaise lecture « que les gens fassent porter le chapeau de toutes les actions de l’UDPS sur tous les Kasaiens. Le Fils Mukoko, dans sa tenue, n’est pas du Kasaï. Mukoko, à ce que je sache est de Bandundu ou MuKongo ».

Membre d’un parti et d’une famille politique non identifiée aux Lubas, il se sent discriminé par des indexes de ses pairs qui rapportent au Président de la République Félix Tshisekedi tous les Lubas de cette formation politique de Joseph Kabila.

« Ce discours commence à se faire sentir même dans le FCC, même dans le PPRD, où on est, où Kasaïens sont doigtés comme si c’est le frère du président (Félix Tshisekedi) », a-t-il déploré. 

Dans cette conférence de presse de mardi 18 juin qui est intervenue dans un contexte de tensions entre le FCC-CACH, Denis Kambayi a salué ce cadre de collaboration entre Félix Tshisekedi et Wson prédécesseur Joseph Kabila qui selon lui est le camp de la patrie.