Après la réunion entre les membres de Lamuka et la Cour Constitutionnelle ce vendredi 14 juin, Jacques Ndjoli, membre du MLC et cadre de Lamuka, a déclaré que la Cour Constitutionnelle devait revoir ces déséquilibres parce qu’il y a des erreurs dans certaines décisions rendues.

Nos meileurs élus sont remplacés par les personnes qui n’ont pas eu des voix comparables à celles de l’opposition. Il s’agit d’une manipulation“, a t-il dit.

Il demande au Président de la Cour de revenir sur ces cas, et à travers la Chambre spéciale, procéder aux preuves par la loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour et par la loi électorale.

“Revenir sur ces cas, pour que justice soit faite. La justice devra être rendue au nom du peuple“, a souligné Jacques Ndjoli.

Pour lui, sur ces 33 arrêts rendus par la Cour, 23 arrachent les sièges à l’opposition au detriment d’une famille politique précise.

S’il y a quelques arrêts qui concernent l’autre famille politique, c’est l’interchangeabilité opérée“, a t-il spécifié.

Il invite la Cour a assumé ses responsabilités tout en élevant la nation à travers la justice et non à la détruire avec l’insécurité juvénile et l’instabilité.

Pour sa part, la Cour sollicite un temps de travail pour réévaluer, réqualifier et corriger les erreurs matériels.

Jacques Ndjoli promet de se remettre à la volonté du peuple telle qu’exprimée à l’article 64 de la Constitution, s’il ne trouve pas gain de cause dans cette affaire.

Jeancy Ngampuru /POLITICO.CD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *