Les femmes de la coalition Lamuka ont gonflé leur effectif à la Cour constitutionnelle avec l’arrivée d’une centaine de militants des partis et regroupements de l’opposition. Les militants venus des plusieurs coins de Kinshasa portent des drapeaux des partis politiques de l’oppositions.

Ils chantent contre les juges et demandent la réhabilitation d’une vingtaine de députés et sénateurs opposants invalidés. Une cinquantaine de policiers sont toujours présents à la cour pour assurer l’ordre.

Le candidat malheureux, Martin Fayulu, un des leaders de la coalition Lamuka a annoncé, au cours d’une conférence de presse tenu mercredi dernier, qu’une série d’actions pour protester contre les arrêts de la cour constitutionnelle.

Il s’agit de la suspension des activités parlementaires des députés et sénateurs de la coalition Lamuka jusqu’à nouvel ordre, la marche ce jeudi desdits parlementaires et les cadre de Lamuka du Palais du peuple jusqu’à la cour, les manifestations de “grande envergure” le 30 juin à travers le pays. Au total 23 députés et 2 sénateurs de la coalition Lamuka ont été invalidés par la cour constitutionnelle en faveur du FCC. Fayulu accuse Felix Tshisekedi et Joseph Kabila “d’assassinat de l’Etat de droit”.

    Joël mesa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *